La Chine et les Etats-Unis relancent le dialogue commercial

Publié le 2018-08-23 à 11:50  |  French.china.org.cn

  Trump souhaite très probablement « se vanter » d’avoir trouvé un accord avant les élections de mi-mandat

  La Chine et les Etats-Unis devaient reprendre mercredi à Washington leur dialogue commercial, les deux parties restant cependant peu convaincues quant à une éventuelle avancée, alors que les délégations ne sont dirigées que par un vice-ministre chinois et un sous-secrétaire américain.

  Des experts chinois ont déclaré que la nouvelle série de consultations pourrait au mieux aboutir à une feuille de route susceptible d’atténuer temporairement les tensions, mais qu’elles ne pourraient probablement pas créer de détente dans la guerre commerciale sino-américaine.

  La délégation chinoise, menée par le vice-ministre chinois du Commerce Wang Shouwen, s'entretiendra avec une délégation conduite par David Malpass, sous-secrétaire aux Affaires internationales du département du Trésor américain, a indiqué mardi le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Lu Kang.

  La délégation chinoise s'est envolée vers la capitale états-unienne après « des invitations répétées » des Etats-Unis, a fait savoir M. Lu. Les experts chinois ont noté que ces discussions sont des consultations et non des négociations.

  « Une négociation se concentre sur des questions de fond, alors qu’une consultation est une discussion préparatoire pour les négociations », a précisé He Weiwen, ancien conseiller économique et commercial des consulats chinois à San Francisco et à New York, ajoutant que cette série de consultations au niveau vice-ministériel est un travail préliminaire qui pourrait mener à de nouvelles consultations et éventuellement à des négociations de plus haut niveau.

  « Un dialogue est toujours meilleur que rien, mais la clé sera la sincérité et la crédibilité de l'administration Trump », a indiqué M. He mercredi.

  Deux jours seulement avant le début des consultations, M. Trump a semblé éteindre tout espoir de résultats significatifs. Il a déclaré à Reuters lundi qu’il ne « s’attendait pas à grand chose » et que la résolution du différend commercial « prendrait du temps, car la Chine s’en est trop bien sortie pendant trop longtemps, et elle est devenue gâtée ».

  C'est ce genre de propos incendiaire de Donald Trump qui a conduit les analystes à dire que la Chine devrait être très prudente lorsqu'elle tente d'engager de sérieuses négociations commerciales avec les Etats-Unis.

  « Puisque nous allons nous parler, nous espérons que les discussions aboutiront à de bons résultats. Mais nous préférons ne pas nous avancer ou faire de prédictions inutiles », a déclaré M. Lu lors d'une conférence de presse mardi.

  Dix jours après qu'un accord semblait avoir réglé le conflit commercial en mai, l’administration Trump a déchiré la déclaration commune et a imposé des droits de douane supplémentaires sur les produits chinois.

  La présente série de consultations pourrait déboucher sur une « feuille de route » représentant les principes et les objectifs communs qui guideront les négociations futures, a avancé An Gang, membre de l’Institution Pangoal, un think-tank (groupe de réflexion) basé à Beijing.

  « La Chine et les Etats-Unis doivent montrer qu'ils sont prêts à discuter malgré les frictions », a indiqué M. An mercredi.

  Dans une interview accordée lundi à l'agence Reuters, M. Trump a renforcé sa rhétorique accusatrice, affirmant que la Chine manipulait sa devise afin de réduire l'impact des droits de douane.

  « Les propos de M. Trump sont absurdes et dénués de sens. La principale cause est la revalorisation du dollar américain, ce n'est pas le problème du yuan », a affirmé He Weiwen, soulignant que de nombreuses devises dans le monde avaient perdu de la valeur face au dollar.

  Une détente possible

  Un article du Wall Street Journal citant lundi « des responsables des deux pays » a indiqué que, « si tout se passe bien [pendant les consultations], les deux parties trouveront un moyen de mettre fin au conflit commercial avant les réunions à venir » entre les dirigeants des deux pays lors des sommets multilatéraux prévus en novembre.

  En effet, deux grands événements multilatéraux, à savoir le sommet annuel du G20 et la réunion de l’APEC, auront lieu respectivement en Argentine et en Papouasie-Nouvelle-Guinée au mois de novembre.

  Lors de la conférence de presse de mardi, le porte-parole Lu Kang n'a pas confirmé l’information du Wall Street Journal avançant qu’un « sommet Chine-Etats-Unis » serait prévu « plus tard cette année ».

  Les élections de mi-mandat aux Etats-Unis pourraient également être un facteur critique pour les futures négociations commerciales, a déclaré mercredi Diao Daming, expert en études américaines et professeur associé à l’Université Renmin de Chine.

  M. Diao a averti que l’administration Trump pourrait essayer de parvenir à un accord temporaire non contraignant avec la Chine avant le mois de novembre afin de s’en « vanter » pour obtenir le soutien des électeurs.

  « Cela signifie que même si les négociations donnent des résultats, l’administration Trump, indigne de confiance, pourrait simplement les déchirer à nouveau. Les frictions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis sont devenues une nouvelle normalité. La Chine devrait donc abandonner tout espoir de solution. Nous devrions continuer à tenir des dialogues positifs, mais nous devons protéger nos intérêts », a déclaré M. Diao.

Liens connexes