L’affirmation de la Turquie selon laquelle un chanteur ouïghour est mort en détention est « absurde »

Publié le 2019-02-12 à 15:26  |  China.org.cn

La Chine a fermement rejeté lundi le « mensonge absurde » de la Turquie concernant la mort d'un musicien populaire ouïghour, affirmant que ces allégations étaient extrêmement fausses et irresponsables.

« La Chine a entrepris des démarches solennelles auprès de la Turquie et est fermement opposée à ses accusations sans fondement », a déclaré la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Hua Chunying, lors d'une conférence de presse tenue à Beijing.

Dans un communiqué publié samedi, le ministère turc des Affaires étrangères a critiqué la situation des droits de l'Homme dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang et a affirmé qu'Abdurehim Heyit, condamné à huit ans de prison, était décédé.

Mais M. Heyit est apparu dans une vidéo publiée dimanche par Radio Chine Internationale. Il y déclare : « Je suis en train de faire l'objet d'une enquête pour violation présumée des lois nationales […] Je suis maintenant en bonne santé et je n'ai jamais été victime de violence ».

« J'ai vu sa vidéo hier sur Internet, qui montre qu'il est non seulement en vie mais également en très bonne santé », a déclaré Mme Hua, demandant aux responsables turcs de faire la distinction entre le vrai et le faux et de corriger leurs erreurs.

L'ambassade de Chine en Turquie a également déclaré dimanche dans un communiqué que cet homme âgé de 57 ans avait été arrêté pour « violation de la sécurité de l'Etat ».

Selon Mme Hua, les « trois forces du mal » (terrorisme, extrémisme et séparatisme) en Chine et à l'étranger ont planifié, organisé et mené des milliers d'attaques terroristes violentes dans le Xinjiang, provoquant la mort d'un grand nombre d'innocents depuis les années 1990.

S'appuyant sur sa propre situation et sur l'expérience antiterroriste de la communauté internationale, le Xinjiang a déployé des efforts considérables pour lutter contre le terrorisme et éradiquer l'extrémisme, et la région a obtenu des résultats remarquables, a affirmé Mme Hua, avançant que la population se sent beaucoup plus en sécurité.

Depuis la fin de l’année dernière, des envoyés diplomatiques et des journalistes d’une douzaine de pays, dont la Turquie, ont observé les progrès sociaux et économiques enregistrés lors de visites au Xinjiang. Ils se sont également rendus dans des « centres de formation professionnelle », qualifiés de « camps d'internement » par la Turquie et de nombreux autres pays.

Ces camps ont en réalité été établis pour aider les populations locales à apprendre la langue commune du pays (le mandarin), les lois chinoises et de nouvelles compétences professionnelles, ainsi que pour participer à une éducation contre l'extrémisme, a affirmé l'ambassade de Chine en Turquie.

Mme Hua a noté que certains professionnels de médias turcs avaient déclaré que la stratégie de la Chine pour lutter contre le terrorisme et résister à l'extrémisme était claire et judicieuse, et que la Turquie pourrait en tirer des leçons.

« La Turquie est aussi un pays multiethnique confronté à la menace du terrorisme. L'application d'un double standard sur la question de la lutte antiterroriste ne sera bénéfique pour aucun des deux pays », a indiqué Mme Hua.

Beijing espère qu'Ankara évitera de croire des histoires aussi partiales, aura une compréhension correcte de la politique et des efforts de la Chine, et facilitera la confiance mutuelle et la coopération entre les deux pays par des actes concrets, a-t-elle ajouté.

Dans un autre développement, la Chine a exprimé son vif mécontentement et sa ferme opposition après que deux navires de guerre américains ont navigué lundi à 12 milles marins (environ 22 km) des îles Nansha (connues à l’international sous le nom d’îles Spratleys, revendiquées par plusieurs pays) dans le cadre d'une « opération de liberté de navigation ».

Les navires ont pénétré dans les eaux territoriales chinoises sans autorisation et la Chine a entrepris des démarches auprès des Etats-Unis, a déclaré lundi Mme Hua.

La situation en mer de Chine méridionale est stable et s’améliore, a-t-elle affirmé, ajoutant que les actions des Etats-Unis, qui provoquent délibérément des troubles et créent des tensions en mer de Chine méridionale, sont impopulaires.

« Nous appelons les Etats-Unis à mettre immédiatement fin à de telles provocations et à respecter honnêtement les efforts des pays de la région pour préserver la paix et la stabilité en mer de Chine méridionale », a-t-elle déclaré.

(Rédactrice: Claire SHENG)