Texte intégral : Rapport sur l'exécution du plan de développement économique et social en 2017 et sur le projet de plan pour 2018 (11)

Publié le 2018-03-26 à 11:49  |  French.china.org.cn

Le niveau global des prix demeurera stable. La hausse des prix à la consommation des ménages devrait s'élever à environ 3 %, chiffre similaire à celui de l'an dernier. Le maintien du statu quo permettra de guider de manière rationnelle les comportements du marché. Nous avons d'ailleurs pris en compte les effets du report de la hausse des prix de l'année précédente, et certains nouveaux éléments qui poussent à la hausse cette année, tels que la progression des prix des services et la transmission vers l'aval des effets de l'envolée antérieure des prix des matières premières.

-- L'équilibre général de la balance des paiements internationaux sera maintenu. Nous veillerons à ce que l'import-export se stabilise avec une tendance à la hausse, que les investissements étrangers directs se maintiennent globalement au même niveau, et que les investissements chinois à l'étranger se fassent de manière sûre et ordonnée. Cette politique répond non seulement aux besoins objectifs de la stabilisation de la situation macroéconomique, mais aussi à l'exigence de bien structurer les investissements et le commerce, de faire de notre pays une puissance commerciale internationale, et de porter notre ouverture à un niveau plus élevé. Cette année, notre commerce extérieur devrait maintenir sa croissance régulière grâce à plusieurs facteurs favorables tels que la croissance du commerce international, la tenue de la première Foire internationale de l'importation de Chine et la possibilité très réelle que la reprise de l'économie mondiale se confirme. Cependant, nous aurons à faire de gros efforts pour stabiliser et tirer vers le haut le commerce extérieur et le volume des investissements étrangers, étant donné que la concurrence internationale ne fait que s'intensifier, de même que le protectionnisme et les frictions commerciales à notre encontre.

-- Le bien-être social continuera à s'améliorer. Cette année, un total supplémentaire de plus de 10 millions de ruraux sortiront de la pauvreté, dont environ 2,8 millions bénéficieront des projets de déplacement et de relogement. Les revenus des populations urbaine et rurale augmenteront au même rythme que la croissance économique. Le taux de la population ayant le statut de résidant urbain permanent augmentera d'un point de pourcentage. L'uniformisation des services publics fondamentaux dans l'éducation, la santé, la culture et les services aux personnes âgées se poursuivra. La couverture de la protection sociale sera élargie. Le plan visant à inscrire tous les Chinois àl'assurance sociale sera mis en œuvre sur toute la ligne. Un total de 5,8 millions de logements supplémentaires seront mis en chantier dans le cadre de la rénovation des quartiers vétustes. Ces objectifs ont été fixés afin de garantir et d'améliorer le bien-être de la population, et d'atteindre l'objectif de l'édification intégrale de la société de moyenne aisance.

III) Orientations des politiques macroéconomiques.

Nos politiques budgétaires, monétaires et industrielles,ainsi que nos politiques régionales, doivent contribuer en priorité à la promotion d'un développement axé sur la qualité, et apporter un puissant soutien aux trois grandes batailles et à la réalisation des objectifs de développement économique et social prévus pour 2018 ; à cette fin, il faut suivre fermement le principe général dit "aller de l'avant à pas assurés", en veillant judicieusement à l'unité dialectique des rapports entre la "progression" et la "stabilité", renforcer la coordination, savoir recourir à une rigueur adéquate dans la mise en œuvre du contrôle macroéconomique, et renforcer la régulation ciblée, circonstancielle et précise sur la base du maintien de l'activité économique dans des marges raisonnables, en vue d'améliorer la pertinence, la souplesse et le caractère prévisionnel du macrocontrôle.

-- Poursuivre une politique budgétaire de relance plus efficace. Cette année, le taux du déficit se situera à 2,6 %, soit une baisse de 0,4 point de pourcentage, et le déficit budgétaire s'établira à 2 380 milliards de yuans, au même niveau que l'an passé ; les instances locales sont autorisées à émettre 1 350 milliards de yuans d'obligations spéciales, c'est-à-dire une augmentation de 550 milliards de yuans par rapport à 2017. La politique de réduction des charges et impôts sera poursuivie pour soutenir le développement de l'économie réelle. La réduction d'impôts estimée à plus de 800 milliards de yuans et la suppression d'autres frais divers permettront de libérer les entreprises et les personnes physiques de charges à hauteur de plus de 1 000 milliards de yuans. Nous ferons valoir davantage le rôle important de la politique budgétaire dans la promotion de la restructuration et la garantie du bien-être de la population. Nous nous appliquerons à bien structurer les dépenses budgétaires, de manière à ce qu'elles profitent davantage aux trois grandes batailles, à la stratégie de développement par l'innovation, au sannong [paysans, agriculture et régions rurales] et à l'amélioration des conditions de vie de la population, sans oublier pour autant de contrôler efficacement les dépenses publiques courantes. Les transferts de paiement généraux des finances centrales aux finances locales devront augmenter de 10,9 %, afin de renforcer les moyens financiers des gouvernements locaux, et ceux des régions du Centre et de l'Ouest en particulier.

-- Continuer à appliquer une politique monétaire prudente et neutre et concilier adéquatement rigueur et souplesse. L'accroissement de la masse monétaire M2 et du solde de l'agrégat de financement de l'économie réelle hors autorités publiques (AFER) en 2018 se situera à peu près au même niveau que l'année précédente. Il faut avant tout bien gérer l'offre monétaire, en veillant à assurer une croissance raisonnable du crédit monétaire et de l'AFER, à maintenir une stabilité rationnelle des liquidités, et à augmenter l'efficacité du roulement des fonds et des services financiers en faveur de l'économie réelle. Il convient en même temps d'orienter efficacement les taux d'intérêt, de réformer et améliorer la surveillance des mouvements transfrontaliers de capitaux, et de maintenir la stabilité générale du taux de change du renminbi à un niveau équilibré et rationnel. Il faut désobstruer les mécanismes de transmission de la politique monétaire, bien utiliser les instruments comme la variation différenciée du taux de réserves obligatoires et la politiquedifférenciée de crédit pour orienter davantage les capitaux vers les petites et micro-entreprises (PEMIC), le sannong et les régions défavorisées. Il faut aussi renforcer les soutiens financiers à la stratégie de développement par l'innovation, au remplacement des anciens moteurs de croissance par de nouveaux, de même qu'aux grandes stratégies nationales de développement, aux réformes d'importance capitale et à la réalisation de divers mégaprojets nationaux. Enfin, il importe de parfaire la politique monétaire et la macropolitique prudente -- deux piliers du cadre de contrôle --, ainsi que la surveillance financière.

-- Faire jouer un plus grand rôle aux politiques structurelles. La politique industrielle doit servir les stratégies nationales, corriger le dysfonctionnement du marché et faire pleinement valoir son rôle d'orientation ; elle doit contribuer davantage à l'amélioration des ressources humaines, à la protection de la propriété intellectuelle et à l'encouragement de l'innovation technoscientifique ; elle se donne également pour tâche d'élever, en faveur de la montée en gamme industrielle, les normes en matière d'économie d'énergie, de protection de l'environnement, de sécurité au travail et de qualité des produits, afin de conduire nos industries vers le moyen et haut de gamme. Les politiques régionales doivent avant tout contribuer à résoudre le problème du déséquilibre de développement entre les régions, à la mise en place plus rapide de nouveaux mécanismes favorisant le développement coordonné interrégional ; elles doivent faire jouer les avantages comparatifs locaux, orienter la circulation ordonnée des divers facteurs entre régions, soutenir le développement accéléré des régions en retard, et promouvoir la reconversion et la montée en gamme dans les régions développées. Parallèlement, il faut intensifier la réforme structurelle vis-à-vis de la production, de la circulation, de la redistribution et de la consommation ; renforcer le rôle fondamental de la consommation dans le développement de l'économie ; renforcer le rôle clé de l'investissement dans l'optimisation de la structure de l'offre ; promouvoir la croissance rationnelle des investissements rentables, et en particulier, des investissements privés. (à suiv

Liens connexes