Le Tibet et le Xinjiang en tête des taux de croissance du PIB en Chine au premier semestre

Publié le 2020-07-31 à 17:24  |  People's Daily

Selon le Bureau national des statistiques (BNS), la croissance économique à certains niveaux régionaux en Chine a enregistré de solides rebonds au premier semestre, la majorité des provinces et des régions autonomes ayant surpassé l'économie nationale en termes de croissance et étant retournées en mode d'expansion. 

A la date du 26 juillet, 16 provinces et régions autonomes avaient enregistré des taux de croissance positifs du PIB au premier semestre, les régions de l'Ouest affichant la plus forte croissance. La région autonome du Tibet (sud-ouest de la Chine) était en tête du classement avec une économie du premier semestre en croissance de 5,1% par an, suivie de la région autonome ouïghoure du Xinjiang (nord-ouest de la Chine) avec 3,3% et de la province du Guizhou (sud de la Chine) avec 1,5%. 

Les performances économiques des régions occidentales contrastent avec la baisse de 1,6% de l'économie nationale au premier semestre. Selon les experts, les régions intérieures du pays ont connu une croissance relativement robuste car elles ont été moins touchées par les dommages causés par la pandémie de COVID-19 que les régions côtières. 

Par ailleurs, corrélé avec la tendance du taux de croissance du PIB, le Tibet a affiché le taux de croissance le plus élevé du revenu disponible par habitant au premier semestre, avec 9,66% d'une année sur l'autre, suivi par une augmentation de 6,02% dans la province du Jiangxi (est de la Chine) et de 5,98% dans la province du Sichuan (sud-ouest de la Chine). 

Les provinces côtières du Guangdong, du Jiangsu et du Shandong se classent parmi les trois premières provinces en termes de taille de leur PIB. Selon le BNS, le PIB du Guangdong (sud de la Chine), une grande province orientée vers l'exportation, a diminué de 2,5% au premier semestre et la valeur totale s'est élevée à 4 920 milliards de yuans (700 milliards de dollars). 

Ce qui est remarquable, c'est la forte reprise économique dans la province du Hubei (centre de la Chine), la région la plus durement touchée par la pandémie de COVID-19. La baisse du PIB du Hubei au premier semestre s'est rétrécie de 19,9 points de pourcentage par rapport à la profonde contraction de 39,2% au premier trimestre. 

Dans le même temps, alors que l'économie et les activités commerciales du pays continuent de se normaliser, les revenus des ménages au niveau provincial se sont également améliorés. Pour les villes, Shanghai et Beijing ont continué de dominer le classement en termes de revenu disponible par habitant, qui a dépassé 34 000 yuans dans les deux villes au premier semestre, a indiqué le BNS. Néanmoins, le revenu disponible par habitant est resté en déclin dans les provinces du Hubei et du Heilongjiang et à Tianjin. Les analystes ont quant à eux déclaré que les politiques gouvernementales continueront de se concentrer sur le maintien de la stabilité de l'emploi et la promotion de la croissance des revenus des ménages au second semestre afin d'assurer une reprise économique régulière au niveau régional. 

Parallèlement, des politiques plus favorables seront déployées pour stimuler les investissements en immobilisations au niveau provincial dans les secteurs des infrastructures et de l'immobilier ainsi que dans les grands projets liés à la technologie. Le BNS a indiqué que plus de 20 provinces et régions autonomes avaient vu leur taux de croissance des investissements en immobilisations revenir en territoire positif au premier semestre. 

Les analystes de Moody's Investors Service ont pour leur part indiqué dans un rapport que la reprise économique de la Chine se poursuivrait malgré les vents contraires externes et que le gouvernement maintiendrait probablement des conditions de crédit favorables pour aider les entreprises et les ménages à se remettre de la pandémie COVID-19. 

« Les principaux indicateurs économiques indiquent une reprise modeste au deuxième trimestre de 2020 et nous prévoyons que cette dynamique se poursuivra régulièrement tout au long de 2021, soutenue par des mesures de relance budgétaire généralisées et des politiques monétaires accommodantes », a noté Michael Taylor, directeur général et directeur du crédit de Moody's.

(Rédactrice : Lucie ZHOU)