125 espèces d'animaux sauvages du Tibet figurent sur la liste des espèces protégées

Publié le 2018-11-07 à 11:23  |  China Tibet Online

Protection et réhabilitation d'espaces forestiers
Le Tibet est le corps principal du plateau du Qinghai-Tibet et est connu comme le "toit du monde" et "le troisième pôle de la terre". Non seulement le paysage de la région est magnifique, mais elle conserve également un grand nombre d'habitats naturels intacts, authentiques et sains.
Les données montrent que le Tibet est l'une des cinq principales zones pastorales de la Chine, avec 82,77 millions d'hectares de prairies naturelles représentant 21% de la superficie des prairies naturelles du pays, ainsi que 14,91 millions d'hectares boisés, abritant la plus grande forêt vierge de Chine. Ses 6,53 millions d'hectares de zones humides la place au deuxième rang du pays, et ses zones humides alpines sont uniques au monde. C'est également l'un des 34 points chauds de la biodiversité dans le monde et un important pool de gènes pour assurer la biodiversité de la planète. Cent vingt-cinq espèces d'animaux sauvages du Tibet figurent sur la liste des principaux animaux  protégés au niveau national, soit plus d'un tiers de la faune nationale protégée. La protection de l'écosystème tibétain profite non seulement aux larges masses de la région, mais également aux "sources fluviales" et aux "sources écologiques" de l'Asie du Sud et du Sud-Est, ainsi qu’aux “zones de démarrage” et de "régulation" du climat en Chine et même dans l'hémisphère oriental.
Protéger le "toit du monde, le château d'eau de l’Asie, le troisième pôle de la terre" est le devoir sacré de chacun. Le système forestier tibétain accorde une attention particulière à la protection de l'environnement et à la construction forestière.
Les indicateurs écologiques globaux s'améliorent progressivement
Le Tibet a établi une superficie totale de 413 600 kilomètres carrés de réserves naturelles à tous les niveaux, représentant 34,35 % de la superficie totale de la région. C’est le taux de couverture des terres du pays le plus élevé. Le Tibet a établi une variété de formes topographiques protectrices, y compris des sites panoramiques, des parcs forestiers nationaux, des parcs nationaux de zones humides et des parcs géologiques.
Au cours des cinquante dernières années, les indicateurs écologiques globaux du Tibet se sont progressivement améliorés, et un certain nombre de menaces pour la protection écologique ont montré une tendance inverse. Selon les statistiques, le nombre  d'antilopes du Tibet est passée de 50 000 à plus de 200 000 au milieu des années 1990, le nombre de grues à cou noir est passé de moins de 3 000 à environ 8 000 et la population de yacks sauvages a atteint plus de 10 000 individus. Dans le même temps, la couverture forestière et les stocks forestiers ont augmenté et la tendance à la désertification s'est inversée.

(Rédactrice : Lucie)