La signature du RCEP entre la Chine et 14 autres économies marque une victoire historique pour le multilatéralisme

Publié le 2020-11-16 à 15:35  |  China.org.cn

La signature du RCEP entre la Chine et 14 autres économies marque une victoire historique pour le multilatéralisme

La Chine et 14 autres économies ont signé dimanche le plus grand accord commercial du monde, le Partenariat régional économique global (RCEP), pour former une zone de libre-échange dans la région Asie-Pacifique qui englobera un tiers de l'économie mondiale. Les autorités et les experts chinois ont salué cette victoire historique pour le multilatéralisme qui aidera les économies régionales et mondiales à faire face à la pandémie de COVID-19 et à la montée du protectionnisme.

Signé après des années de négociations et à un tournant critique du climat politique mondial, au moment où la prochaine administration américaine se prépare à entrer en fonction et où le monde cherche des solutions aux défis posés par la pandémie de coronavirus, ce nouvel accord régional aidera l’Asie-Pacifique à se placer en tête de la reprise post-pandémie et à résister à l'hégémonie américaine dans la région, ont déclaré les économistes.

Dimanche, le Premier ministre chinois Li Keqiang a fait l'éloge du pacte, en le qualifiant non seulement de réalisation d'importance historique dans la coopération régionale en Asie orientale, mais aussi de victoire du multilatéralisme et du libre-échange.

« Le fait que le RCEP ait été signé après huit ans de négociations apporte un rayon de lumière et d'espoir au milieu des nuages, montrant que le multilatéralisme et le libre-échange restent la direction correcte pour l’économie mondiale et le progrès humain », a-t-il déclaré.

L'accord, qui englobe la Chine, le Japon, la Corée du Sud, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et les dix membres de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN), créera la plus grande zone de libre-échange au monde, avec environ un tiers de la population et du PIB mondiaux. Il s'agit également du premier cadre de libre-échange entre Japon et ses partenaires commerciaux essentiels, la Chine et la Corée du Sud.

Il est à noter l'absence de deux grandes économies, les États-Unis et l'Inde. Les États-Unis, sous la direction du président Donald Trump, ont fait pression en faveur d'accords bilatéraux plutôt que multilatéraux. L'Inde a participé aux négociations, avant d'annoncer son retrait l'année dernière.

Les économistes chinois ont applaudi la signature de l'accord, en affirmant qu'il reflète le rôle de premier plan joué par la Chine dans la promotion de la coopération multilatérale. Cela s'inscrit en fort contraste des mesures prises par le gouvernement américain en vue d'un découplage économique non seulement entre les États-Unis et la Chine, mais aussi entre les principales économies mondiales.

« La signature du RCEP montre que la Chine, qui a joué un rôle très actif dans la promotion de l'accord, a ouvert la voie à la libéralisation du commerce et à la promotion d'un ordre de marché mondial fondé sur la libre concurrence. Cela montre que la Chine fournit au monde un modèle chinois et une solution chinoise sur une plateforme ouverte qui sert le monde », a déclaré au Global Times Bao Jianyun, professeur à l'École des études internationales et directeur du Centre d'études d'économie politique internationale de l'Université Renmin de Chine.

Liu Kuikui, consultant en transport et commerce internationaux à Beijing, a déclaré au Global Times que la participation au RCEP de certains alliés des États-Unis comme le Japon et l'Australie illustrait la perte croissante de partisans du protectionnisme et de l'hégémonie économique des États-Unis, même parmi les « amis » habituels du pays.

« Cela montre que les États-Unis sont de plus en plus marginalisés en Asie, et qu'ils ont en réalité perdu leur pouvoir discursif sur les questions économiques asiatiques », a jugé M. Liu.

Chen Fengying, chercheuse à l'Institut chinois des relations internationales contemporaines, a également fait remarquer que la signature de l'accord est une correction de la voie protectionniste de ces dernières années, lorsque la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis a remis en question la coopération mondiale. « La signature du RCEP signale que la coopération fonctionne, ce qui est selon moi encore plus important que l'effet d'augmentation du PIB qu’il aura sur les pays », a déclaré Mme Chen au Global Times.

(Rédactrice : Claire SHENG)