Un spéléologue français, témoin des changements dans les montagnes chinoises

Publié le 2020-09-22 à 15:31  |  French.china.org.cn

En 1986, à l'invitation de l'Institut de géologie de l'Académie des sciences de Chine, le spéléologue français Jean Bottazzi s'était rendu dans la province du Guizhou, située au cœur des montagnes du sud-ouest de la Chine. La Chine possède une grande étendue de relief karstique et il existe d'innombrables rivières souterraines et grottes karstiques. Au cours de ces 34 dernières années, M. Bottazzi a presque tous les ans effectué une visite en Chine pour y mener des recherches et il a été le témoin des changements dans les montagnes chinoises. 

En 2001, lors d'un séjour dans le comté de Suiyang (Guizhou), il a découvert de nombreuses grottes, ce qui a favorisé le développement du tourisme local et profité à la population.

Dans une interview accordée à Xinhuanet, M. Bottazzi s'est dit impressionné par les énormes changements qui ont eu lieu dans la région. « C'est le premier endroit qui m'a beaucoup impressionné. Quand je suis arrivé ici en 2001, la route était moins large d'un tiers. C'était une vaste zone avec des sentiers, très difficiles à parcourir. Maintenant, les conditions de vie et le village ont complètement changé. Vous pouvez voir que de nombreuses maisons sont modernes et que les gens vivent confortablement. » Il se souvient qu'auparavant, les maisons étaient en bois et que le vent s'y engouffrait par les fenêtres sans vitres. Maintenant, le village s'est grandement amélioré et possède une route en ciment. « Par le passé, nous étions secoués de toute part en voiture. On essayait de la pousser, sans succès. Maintenant que la route a été rénovée, les villageois peuvent aller travailler en ville. »

Parlant de spéléologie, M. Bottazzi a noté que la longueur totale de la grotte de Shuanghe était maintenant de 280 kilomètres. Il s'agit de quatrième au monde et de la première en Asie. Le tourisme s'est développé. « Nous avons ouvert certaines grottes au tourisme, qui ne subiront aucun dégât. Je pense qu'il est très important de promouvoir la spéléologie et le tourisme à l'avenir, car c'est très bien et cela génère une situation gagnant-gagnant. Nous pouvons très bien protéger l'environnement, et les visiteurs peuvent en profiter, car non seulement ils visitent des grottes, mais ils peuvent également acquérir de nouvelles connaissances. » 

Il a par ailleurs observé qu'en raison du développement du tourisme, les conditions économiques des villageois s'étaient considérablement améliorées et les opportunités d'emploi au niveau local avaient également progressé. « Les locaux peuvent trouver un emploi sur place et accueillir les touristes », a remarqué M. Bottazzi. Grâce au tourisme, il sera aussi possible de construire et de rénover des maisons, d'élargir les routes et d'améliorer les infrastructures d'accueil.

(Rédactrice : Lucie ZHOU)