L'écrivain allemand visite la Chine en train : je suis profondément attiré par le Tibet

Publié le 2020-09-10 à 09:13  |  China Tibet Online

« Je suis profondément attiré par le Tibet. » Stefan Schomann, écrivain indépendant et photographe allemand, a été invité à participer au Forum international pour la communication et le dialogue lié au Tibet en infonuagique, qui s'est tenu le 4 septembre lors d'une vidéoconférence en ligne. Il a partagé avec les participants ses impressions sur la région autonome du Tibet lors de ses voyages.

Il a dit : « J'ai grandi dans une région montagneuse, cependant, elle n'est pas comparable à l'Himalaya. Je suis très intéressé par le Tibet. »

Stefan a d'abord présenté une vidéo, dans laquelle un touriste allemand prenait un train pour Lhassa et commençait un voyage d'une semaine. Stefan a déclaré que c'était une expérience très intéressante. Il a ensuite expliqué : « Ce train parcourt 2 000 kilomètres par jour. Et il y a 50 ans, une distance de 2 000 kilomètres pouvait prendre 3 ans. Il n'y a pas que des téléviseurs dans le train, mais même un signal Wi-Fi. »

À Lhassa, capitale la région autonome du Tibet, Stefan a documenté ce qu'il a vu et entendu avec sa caméra, comme les mets typiques, les lieux religieux, et d'autres aspects de la vie quotidienne du peuple tibétain local. Il a dit que les gens de la région autonome du Tibet étaient très amicaux et gentils.



En photo : une capture d'écran vidéo de Stefan voyageant au Tibet.

Depuis la libération pacifique du Tibet, des changements révolutionnaires ont eu lieu dans les moyens de subsistance des gens, notamment l'éducation, les transports, les soins médicaux et la réduction de la pauvreté. Avec ces résultats de renommée mondiale, le bonheur et le sentiment du bénéfice de la population de tous les groupes ethniques de la région autonome du Tibet s'améliorent constamment.

Stefan pense que les histoires sur le Tibet sont souvent tordues par les médias occidentaux, ce qui est très attractif pour un certain public. Il espère que les travailleurs culturels parleront davantage de l'environnement écologique du Tibet, travailleront davantage sur l'histoire et la culture du Tibet. En même temps, il croit également que bien raconter les histoires tibétaines est un défi en soi. Le dialogue et la communication rendent la communication plus facile.

Depuis 2000, Stefan a voyagé et fait des entrevues en Chine de nombreuses fois. Il a publié des œuvres comme « On the Chinese Road » et « Last Refuge : Shanghai ».

(Rédactrice : Claire SHENG)