Les deux sessions feront face à une tâche « sans précédent »

Publié le 2020-05-19 à 12:51  |  French.china.org.cn

Alors que plus de 5000 législateurs et conseillers politiques chinois originaire des quatre coins du pays commencent à arriver à Beijing pour les réunions législative et consultative politique annuelles, aussi appelées les deux sessions, ce qui les attend est une tâche apparemment impossible : prescrire le bon remède pour l'économie chinoise qui a été durement touchée par l'épidémie de nouveau coronavirus (COVID-19), afin non seulement d'assurer la stabilité économique et sociale, mais aussi d'atteindre des objectifs de développement politiquement importants. 

Les hauts dirigeants chinois ont déjà donné le ton pour ce plus grand rassemblement annuel de responsables gouvernementaux à tous les niveaux, dirigeants de la société, chefs d'entreprise et autres : l'économie chinoise est confrontée à des défis « sans précédent », mais la nation ne reculera pas sur ses objectifs de la décennie - éradiquer la pauvreté extrême cette année et doubler les revenus et le PIB sur la base des niveaux de 2010. 

Comment surmonter ces défis profonds et atteindre ces objectifs apparemment impossibles dans les circonstances actuelles sera le sujet principal des sessions annuelles de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC), le principal organe consultatif du pays, et de l’Assemblée populaire nationale (APN), le plus haut organe législatif du pays, ont déclaré des députés de l’APN, des membres du Comité national de la CCPPC et des économistes. 

La réunion de la CCPPC s’ouvrira jeudi, suivie par celle de l'APN vendredi. Pour commencer, il y aura deux décisions majeures - qui pourraient entraîner des milliards de yuans de stimulation économique supplémentaire - qui devront être approuvées par l'APN : augmenter le ratio déficit/PIB et émettre des obligations spéciales du gouvernement. 

Il y a également de nombreuses suggestions et propositions axées sur une grande variété de sujet, allant de l’aide à l'économie de la province du Hubei qui a été fortement affectée par le virus au soutien des petites entreprises, en passant par la stimulation de la consommation, qui seront discutées lors des deux sessions. 

Aucun recul 

« L'économie et les moyens de subsistance des gens sont souvent des sujets majeurs au cours des deux sessions […] Mais cette année, nous nous concentrerons également sur la réalisation des objectifs de construction d'une société modérément prospère à tous les égards et sur nos efforts ciblés de réduction de la pauvreté », a déclaré lundi Zhu Lieyu, un député de l'APN de la province du Guangdong (sud). 

La tenue récente de nombreuses réunions suggère que les principaux dirigeants chinois restent concentrés sur la réalisation des objectifs de réduction de la pauvreté, de croissance du PIB et des revenus, malgré les complications croissantes causées par l'épidémie de COVID-19 et des suggestions selon lesquelles certains objectifs devraient être reportés à l’année prochaine. 

Vendredi, une réunion présidée par le président Xi Jinping sur le Rapport annuel du gouvernement a mis en avant l'élargissement de diverses politiques pour garantir « la réalisation complète des objectifs de réduction de la pauvreté ainsi que la construction d'une société modérément prospère à tous les égards », a rapporté l'agence de presse Xinhua. 

Alors que l'objectif d'éradication de la pauvreté extrême ne devrait pas poser de problème pour être atteint, l’objectif de doubler le PIB de 2020 sur la base des niveaux de 2010 est apparemment une mission « impossible », a fait savoir Tian Yun, directeur adjoint de l’Association des opérations économiques de Beijing. Plus précisément, atteindre cet objectif nécessiterait une croissance du PIB de 5,6% cette année - un travail très difficile à faire compte tenu des circonstances actuelles, a noté lundi M. Tian. 

Mais derrière ce but audacieux se trouve un niveau de confiance indubitable parmi les hauts responsables, les députés de l'APN et les membres du Comité national de la CCPPC concernant l'économie chinoise et leur capacité à la relancer malgré les défis actuels et futurs. 

« Tant que nous tirerons pleinement parti des atouts de notre système, que nous les transformerons en développement efficace et que nous maintiendrons la lutte contre l'épidémie et la pauvreté, nous pourrons à coup sûr atteindre [ces deux objectifs] dans les temps », a affirmé lundi Lian Yuming, membre du Comité national de la CCPPC et chef du Global City Development Corporation Council à Beijing. 

Cette confiance découle également du succès de la Chine dans sa lutte contre le COVID-19. 

« Notre vitesse et notre efficacité pour vaincre l'épidémie sont sans égal dans le monde. C'est la source de notre confiance face aux difficultés temporaires », a avancé M. Zhu, qui exerce le métier d’avocat à Guangzhou. 

Sous cette confiance se trouvent aussi des signes encourageants qui émergent suite à l’accélération du rythme de la reprise économique. En avril, les exportations ont augmenté de façon inattendue de 3,5% en glissement annuel, les bénéfices industriels ont également dépassé les attentes pour enregistrer une croissance de 3,9%, et la baisse des dépenses de consommation s’est rétrécie de 8,3 points de pourcentage par rapport à mars, selon les dernières données. 

Des défis et des solutions 

Pourtant, beaucoup sont prompts à souligner les défis profonds auxquels est confrontée l'économie chinoise et, avec eux, une tâche presque impossible : retrouver les centaines de milliards de dollars perdus au premier trimestre et soutenir les régions et les secteurs qui font encore face à une forte pression. 

Malgré les récentes améliorations, les principaux moteurs de la croissance continuent d'être limités par une série de défis persistants, avec entre autres les restrictions en place pour endiguer une éventuelle résurgence du virus, la baisse des commandes à l'exportation en raison de la pandémie sur les marchés étrangers et l'augmentation des charges pour les entreprises, en particulier les petites entreprises. 

Dans le climat actuel, de nombreux analystes estiment que la croissance de l'économie chinoise ralentira à 3% en 2020, même si certains affirment qu'un taux de croissance de 5% est toujours atteignable. Bien que les autorités chinoises soient passées de la poursuite d'une croissance à grande vitesse à une croissance et un niveau de vie de qualité, une croissance du PIB plus lente pose de sérieux obstacles pour atteindre l'objectif de doubler le PIB et, plus important encore, va entraîner un fort taux de chômage, un problème étroitement lié à la stabilité sociale, ont souligné des experts. 

« Dans l’ensemble, la chose la plus importante est de stabiliser les fondamentaux de l’économie chinoise et la tâche la plus urgente est de sauvegarder les petites entreprises et les emplois », a déclaré M. Lian. 

À cette fin, il y a deux grands plans pour les deux sessions de cette année, ont fait savoir des députés de l'APN, des membres du Comité national de la CCPPC et des économistes. Le premier est de discuter de l'augmentation ou non du ratio du déficit par rapport au PIB au-dessus de la ligne de 3% qui avait été maintenue de longue date, ce qui pourrait libérer des milliards de yuans d'investissement et d'autres mesures de relance; le second consiste à discuter de l'émission d’obligations spéciales du gouvernement pour financer davantage de stimuli. Les deux plans devraient par la suite être approuvés par l'APN. 

Certains analystes ont estimé que le ratio déficit/PIB pourrait être augmenté à 8% pour faire face à un ralentissement économique, tandis que les obligations spéciales du gouvernement pourraient être augmentées jusqu'à 5000 milliards de yuans. 

Au-delà de ces décisions majeures, une multitude de suggestions et de propositions de mesures plus ciblées pour les régions et les entreprises qui ont été durement touchées par l'épidémie de COVID-19 devront également être traitées. 

Afin d’aider l'économie de la province du Hubei, qui a été la plus durement frappée par l'épidémie, le député de l'APN de la province de Guangdong Zhu Lieyu a suggéré d'exempter la province de l'impôt pendant deux ans pour le sacrifice qu'elle a accompli dans la lutte contre le COVID-19. 

Mais cela va au-delà d'une démonstration d'appréciation; soutenir l’économie du Hubei est également conforme à l'approche ciblée de la Chine pour relancer l'économie, en contraste frappant avec le plan de relance massif mis en œuvre après la crise financière mondiale de 2008-2009, ont souligné les analystes. 

Dans le cadre de cette approche, une multitude d'autres suggestions et propositions devraient émerger des deux sessions ciblant des domaines spécifiques, notamment aider les entreprises privées, en particulier les petites et moyennes entreprises (PME), stimuler la consommation intérieure, ainsi qu’embrasser de nouveaux domaines de croissance tels que la diffusion en direct, et promouvoir de nouveaux investissements dans les infrastructures, selon les analystes. 

« L'essentiel, c'est que tant que nous maintenons un taux d’emploi stable et veillons à ce que les travailleurs aient un revenu stable, tout le reste, y compris les deux principaux objectifs, finira par se résoudre », a affirmé M. Tian.

(Rédactrice : Lucie ZHOU)