Comment la « vitesse de Shanghai » reflète l'attractivité de la Chine

Publié le 2020-01-10 à 09:52  |  People's Daily

La « vitesse de Shanghai », c'est d'abord une démonstration du solide soutien de la Chine en matière de technique et de talents. La gigafactory de Shanghai est la première super-usine de Tesla à l'étranger. Elle dispose d'un grand nombre de robots et de lignes de production automatisées, de nombreux logiciels clés ont été développés par une équipe d'ingénieurs chinois, et l'efficacité de la production et le processus de fabrication ont atteint un niveau très élevé. À l'heure actuelle, l'économie chinoise se tourne vers un développement de haute qualité et sa position dans la chaîne industrielle et la chaîne de valeur mondiales s'est progressivement accrue. Dans le même temps, la structure d'attraction des investissements étrangers a continué d'être optimisée. L'utilisation des investissements étrangers dans les industries de haute technologie a représenté environ 30% du total des investissements étrangers. Les capitaux étrangers émettent continuellement un« vote de confiance » en faveur des avantages technologiques et des talents de la Chine.

Dans le même temps, la « vitesse de Shanghai » reflète aussi le désir des capitaux étrangers pour le marché chinois. La Chine a une population de près d'1,4 milliard d'habitants, dont plus de 400 millions font partie du groupe à revenus intermédiaires. L'énorme potentiel de ce marché et l'explosion de la demande des consommateurs ont fait que l'attractivité de la Chine en tant que « marché mondial » est en constante augmentation. En ce qui concerne l'industrie automobile, la Chine est non seulement le plus grand marché pour les automobiles traditionnelles, mais aussi le plus grand marché pour les véhicules à énergie nouvelle. Elon Musk a souligné qu'il localiserait ses produits en fonction des besoins du marché chinois et améliorerait les avantages mutuels et les résultats gagnant-gagnant.

En plus de la gigafactory de Tesla à Shanghai, le projet de moteur Cummins de Hefei, le projet BASF de Zhanjiang et le projet Swiss Inex Chemical de Ningbo sont également arrivés en Chine. Les données sur les investissements étrangers publiées récemment par le ministère du Commerce chinois montrent qu'au cours des 11 premiers mois de 2019, il y a eu 722 grands projets à investissements étrangers de plus de 100 millions de dollars, soit une augmentation de 15,5%, montrant pleinement l'attractivité de l'immense marché chinois.

La « vitesse de Shanghai », c'est également un « résultat fructueux » de la promotion continue de l'ouverture de haut niveau par la Chine. La gigafactory de Shanghai de Tesla est le premier projet à capitaux entièrement étrangers dans le secteur des véhicules à énergie nouvelle en Chine après la libéralisation des investissements étrangers. Selon le calendrier d'ouverture de la participation dans le domaine de l'automobile en Chine en 2018, après la période de transition de cinq ans, l'industrie automobile supprimera toutes les restrictions. Le premier lot de restrictions sur les actions étrangères sera constitué des véhicules spéciaux et des véhicules à énergies nouvelles. Quant à l'ouverture du secteur financier, à l'heure actuelle, l'accès aux marchés pour les banques, les valeurs mobilières et les assurances en Chine a été largement libéralisé. En 2020, les restrictions sur les participations boursières seront entièrement libéralisées. La Chine a continué de réaliser de solides progrès dans les domaines de l'ouverture, tant en matière de produits que de facteurs.

Plus important encore, la Chine accorde désormais plus d'attention à l'ouverture institutionnelle des règles et règlements et à de meilleurs repères avec la communauté internationale. De l'adoption de la « Loi sur les investissements étrangers » à la création de la zone de démonstration pilote de Shenzhen, de la nouvelle zone de franche de Lingang de Shanghai, et de l'ajout de six nouvelles zones franches pilotes, à la promulgation par le Conseil des affaires d'État -le gouvernement chinois- du « Règlement sur l'optimisation de l'environnement des affaires », la Chine a pris des mesures fréquentes dans le domaine de l'ouverture institutionnelle, démontrant ainsi sa détermination et ses efforts pour promouvoir une plus grande ouverture sur le monde. Joerg Wuttke, président de la Chambre de commerce européenne en Chine, a déclaré que la loi sur l'investissement étranger « tient compte de tous les doutes que nous avions », et notamment en matière de transferts de technologie, de protection des secrets commerciaux, etc.

A l'heure où le protectionnisme et l'unilatéralisme sont en hausse, les facteurs uniques de la Chine, ses avantages commerciaux et ses mesures d'ouverture ont renforcé la confiance des investissements étrangers dans les investissements à long terme de la Chine. Selon un récent rapport de l'Union européenne sur la confiance des entreprises publié par la Chambre de commerce de l'Union européenne en Chine, plus de 60% des entreprises considèrent la Chine comme premier choix pour de futurs investissements. Il ne fait aucun doute qu'une Chine plus ouverte sera un « havre de paix » et un espace d'opportunités pour les investissements étrangers.

(Rédactrice : Claire SHENG)