Le principe « Un pays, deux systèmes », fondamental pour Hong Kong

Publié le 2019-08-14 à 15:45  |  French.china.org.cn

Le rapport du XIXe Congrès national du Parti communiste de Chine (PCC) en 2017 a indiqué que le principe « Un pays, deux systèmes » était le meilleur moyen de résoudre les problématiques héritées de l'histoire liées à Hong Kong et Macao, mais aussi le meilleur système garantissant leur prospérité et leur stabilité à long terme. Cela montre l'engagement du PCC et du gouvernement central envers ce principe.

Cette année au mois de juin, les manifestants de la Région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong ont cependant recouru à la violence pour protester contre un projet d'amendement à la loi d'extradition de la RAS. Pire encore, ces manifestations sont devenues de plus en plus violentes, malgré le retrait de ce projet d'amendement par le gouvernement de Hong Kong.

Le 21 juillet, les manifestants ont vandalisé le Bureau de liaison du gouvernement populaire central dans la RAS de Hong Kong et bafoué l'emblème national. Le 3 août, des manifestants violents ont retiré le drapeau national d'un mât près du quai d'embarquement du Star Ferry à Tsim Sha Tsui et l'ont jeté dans le détroit de Victoria Harbor. Le 5 août, ils ont paralysé le trafic routier de Hong Kong, forçant la population hongkongaise à soutenir malgré eux leur grève.

En laissant libre cours à cette vague de violence, les manifestants n'ont pas seulement sapé l'état de droit, l'ordre social et l'économie de Hong Kong, mais ils ont également porté atteinte à la vie de la population et remis en cause le principe constitutionnel « Un pays, deux systèmes ».

En tant que politique concrète, le principal objectif de ce principe est d'accomplir une réunification nationale pacifique et de maintenir la prospérité et la stabilité à Hong Kong sur le long terme. Depuis la rétrocession de Hong Kong à la Chine en 1997, le principe « Un pays, deux systèmes » a été le principe opérationnel entre le gouvernement central et le gouvernement de la RAS. Il est devenu une part importante de la modernisation du système et de la capacité de gouvernance nationale.

En réalité, le principe « Un pays, deux systèmes » pourrait être considéré comme une concession systémique accordée par le gouvernement central à Hong Kong pour stimuler le développement national.

Dans les années 1980, en tant que ville prospère et stable, Hong Kong a aidé au lancement de la réforme et de l'ouverture dans la partie continentale de la Chine. Il n'est donc pas étonnant que le principe « Un pays, deux systèmes » et la Loi fondamentale de Hong Kong soutiennent la préservation du système institutionnel de la RAS avant 1997 pour maintenir la prospérité et la stabilité de la ville, mais également afin de réaliser la réunification pacifique du pays. C'est la raison pour laquelle la Loi fondamentale de Hong Kong comporte quelques arrangements.

Au cours de ces dernières années, la croissance économique rapide de la Chine et l'essor de sa puissance nationale ont toutefois changé de manière radicale la position de la RAS dans le pays.

Par ailleurs, des idées politiques extrêmes ont été fréquemment exprimées à Hong Kong, certains proclamant même des slogans prônant « l'indépendance de Hong Kong ». Cela signifie que le principe « Un pays, deux systèmes » fait face à un nouveau défi et que le gouvernement central doit gérer les questions liées à Hong Kong de manière plus décisive.

L'adhésion au principe « Un pays, deux systèmes » et la promotion de la réunification nationale constituent l'un des quatorze stratégies nationales fondamentales. Dans le cadre de cette stratégie, le gouvernement central doit mettre en œuvre de manière continue le principe « Un pays, deux systèmes » et renforcer sa gouvernance dans les RAS de Hong Kong et Macao. En tant que tel, le gouvernement central devrait promouvoir l'état de droit et fixer la « ligne de fond politique » en faveur de « la gouvernance de Hong Kong par les Hongkongais », afin de s'assurer que le principe « Un pays » devienne réellement la base pour les « deux systèmes ».

Il faut garder à l'esprit que Hong Kong jouit d'un « haut degré d'autonomie » sur la base de ce principe.

D'après la Loi fondamentale de Hong Kong, l'expression politique est l'un des droits fondamentaux dont bénéficient les habitants de Hong Kong. Toutefois, les manifestants ne devraient pas transgresser cette « ligne de fond ».

Toute activité, qui menace la souveraineté nationale, remet en cause l'autorité du gouvernement central et de la Loi fondamentale de Hong Kong, ou utilise les problématiques liées à la RAS pour saboter les intérêts de la Chine, constitue une violation du principe fondamental « Un pays, deux systèmes » et ne sera jamais toléré.

(Rédactrice : Lucie ZHOU)