Le vrai Tibet aux yeux d'une philosophe française

Publié le 2019-04-10 à 15:22  |  Xinhua

La Chine a célébré fin mars le 60e anniversaire de la réforme démocratique du Tibet, région autonome du sud-ouest du pays. La philosophe et épistémologue française Sonia Bressler, auteur du livre "A la découverte du Tibet" (2017), a décrit à Xinhua le vrai Tibet à ses yeux lors d'une récente interview.

Elle s'est rendue plusieurs fois au Tibet. "Cela m'a permis de prendre conscience de l'écart entre l'image mentale du Tibet avec laquelle nous grandissons en Occident et la réalité de cette région", remarque la philosophe.

"Nous grandissons avec l'idée d'un 'Shangri-La' où la méditation est la pièce maîtresse d'un bien-être. Nous occultons complètement la dimension historique du Tibet, nous en avons oublié le point essentiel : l'esclavagisme et l'asservissement d'une population", rappelle-t-elle.

Alors qu'est-ce que le vrai Tibet? D'après Mme Bressler, c'est une région "qui bouge, qui se transforme, donc une région vivante".

Pour elle, les points les plus frappants sont la mise en place d'une politique éducative (création d'écoles) , la mise en place d'aide à la création d'entreprise, la création de maisons de retraite. "L'amélioration des conditions de vie a permis l'allongement de la durée de vie, l'éducation a permis de mettre fin à l'illettrisme", souligne-t-elle.

En fait, le Tibet a été la première région en Chine à offrir une éducation gratuite de 15 ans. Et le taux d'analphabétisme parmi les jeunes et les personnes d'âge moyen est tombé à 0,52%.

"Il y a quelques jours, j'ai appris que la 5G était installée à Lhassa. Nous en France, nous ne l'avons toujours pas", observe Mme Bressler.

"L'Occident doit prendre conscience de tout cela. Le Tibet est une région incroyable, pleine de vie, de forces neuves avec une jeunesse qui peut désormais découvrir le monde, ce qui n'était pas du tout le cas il y a 60 ans", selon elle.

En mars 1959, le gouvernement chinois a dissous les autorités aristocratiques locales du Tibet et libéré plus d'un million de serfs, en faisant de ces derniers les maîtres de la nation et de la société. La région autonome a connu désormais des changements considérables.

Selon le livre blanc publié fin mars par le Bureau de l'information du Conseil des Affaires d'Etat de la Chine, le PIB du Tibet a atteint 147,76 milliards de yuans (22 milliards de dollars) en 2018, soit 191 fois plus que le chiffre de 1959 calculé à prix comparables.

(Rédactrice : Claire SHENG)