Experts: Les menaces américaines de sanction pétrolière ne feront pas vaciller le secteur chinois de l’énergie

Publié le 2018-07-05 à 11:39  |  French.china.org.cn

Les menaces de sanctions de la part des Etats-Unis pour les pays qui continuent à importer du pétrole depuis l’Iran, ne feront pas vaciller le secteur chinois de l’énergie, car celui-ci ne dépend pas d’un unique marché étranger pour ses importations pétrolières.

En Chine, les entreprises qui pourraient affronter une menace réelle sont les entreprises de haute technologie, car celles-ci dépendent principalement du marché américain ou des technologies américaines. En effet, les Etats-Unis pourraient utiliser ces achats de pétrole comme excuse pour augmenter les droits de douane sur les importations en provenance de Chine.

D’après un rapport du journal Economic Times publié le 27 juin, les Etats-Unis ont demandé à ce que tous les pays - dont la Chine - cessent d’importer du pétrole iranien à partir du 4 novembre. Les pays, qui n’auront pas obéi, feront face à des sanctions de la part des Etats-Unis, note l’article, sans détailler quelles formes ces sanctions pourraient revêtir.

Xi Jiarui, un analyste spécialisé dans le domaine du pétrole pour le site d’information 315i.com, estime que les sanctions des Etats-Unis pourraient être diverses, si la Chine continue d’acheter du pétrole iranien : « Ils pourraient empêcher les entreprises américaines d’investir dans le secteur chinois de l’énergie ou ils pourraient mettre en place des sanctions économiques plus larges, comme le renforcement des droits de douane sur les produits chinois », explique-t-il.

Le 17 mai, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a indiqué lors d’une conférence de presse, que la Chine continuerait de maintenir des relations économiques et commerciales avec l’Iran, tant que cela n’irait pas à l’encontre de ses obligations internationales.

Il n’a pas été possible d’obtenir de commentaires de la part de la China National Petroleum Corporation (CNPC), le géant pétrolier détenu par l’Etat, avant la publication de l’article. Le groupe Sinopec, un autre géant chinois de l’énergie, n’a pas souhaité commenté.

Facteur de haute-technologie

D’après Lin Boqiang, le directeur du Centre de Chine pour la recherche en économie énergétique de l’Université de Xiamen, la Chine ne craint pas les mesures de sanction que pourraient imposer les Etats-Unis en ce qui concerne le secteur de l’énergie.

« La Chine n’a pas de dépendance forte à un pays unique pour le pétrole. Si nous devions rompre nos liens commerciaux pétroliers avec l’Iran ou les Etats-Unis, nous pourrions facilement trouver d’autres sources [d’approvisionnement] comme la Russie ou les pays du Moyen-Orient », explique-t-il.

Le prix du pétrole a fortement augmenté depuis les menaces de sanctions des Etats-Unis, mais Lin Boqiang estime que cette hausse ne durera pas, tant que l’Arabie saoudite et la Russie augmentent la production à mesure que les pays arrêtent d’acheter du pétrole iranien.

Le prix du baril de Brent du mois de septembre avait diminué de 1,46 % lundi, pour atteindre les 78,07 dollars à 22 h 05. D’après Xi Jiarui, la Chine a importé près de 8 millions de tonnes de pétrole brut iranien au cours du premier trimestre de cette année, surpassant les 3,9 millions de tonnes importés par les Etats-Unis.

Wu Chenhui, un analyste indépendant basé à Beijing, estime également que la menace de sanction des Etats-Unis n’est pas logique : « Les pays ont le droit de décider eux-mêmes de commercer ou non avec l’Iran. Sur quelles bases les Etats-Unis peuvent-il forcer d’autres pays à suivre leur position face à l’Iran ? »

D’après Lin Boqiang et Wu Chenhui, certaines entreprises chinoises dépendent cependant fortement du marché américain, notamment dans le secteur de la haute-technologie, et celles-ci pourraient subir de plein fouet les représailles américaines, si la Chine continue de maintenir ses relations commerciales pétrolières avec l’Iran.

« Si les Etats-Unis intensifient la guerre commerciale, cela nuira aux entreprises chinoises, mais cela nuira également aux entreprises américaines. C’est la raison pour laquelle, je ne pense pas que les Etats-Unis laisseront la situation se dégrader trop fortement », explique Lin Boqiang.

Enfin, pour Xi Jiarui, la Chine pourrait réagir en laissant le yuan se déprécier en contre-mesure.

(Rédactrice: Caroline)