La gestion astucieuse de l'administration de Garzê assure l'approvisionnement en légumes frais en hiver

Publié le 2019-12-09 à 09:24  |  China Tibet Online

Un midi hivernal, un grand repas se prépare dans la cuisine du villageois Ezhijiangze du village Lu, comté de Wari du district Daofu dans la préfecture autonome tibétaine de Garzê au Sichuan. Côtes de porc au radis dans l'autocuiseur, bœuf aux choux chinois dans la casserole... un déjeuner savoureux est prêt au bout de 15 minutes pour la famille. Radis et choux à table dans les assiettes, Ezhijiangze nous présente l'origine des légumes.


En photo : les villageois se répartissent entre eux les légumes frais.

Le village Lu, comptant 172 habitants de 33 foyers, est à 23 kilomètres du district de Daofu. La rivière d'eau douce coule à travers le village, créant la plaine alluviale sur laquelle les villageois cultivent principalement de l'orge depuis longtemps. En été, les légumes dans les potagers des familles leur sont amplement suffisants. Par contre, l'approvisionnement en hiver est une autre histoire : les villageois font souvent leurs provisions de légumes en moto ou en bus et le trajet est bien risqué en cas de neige ou de glace. Ainsi, ils sont obligés d'acheter les légumes en grande quantité à stocker à la maison pour une ou deux semaines. Quand ils n'ont pas le temps de faire des courses, ils doivent se contenter de manger des pommes de terre et du tsampa comme nourriture principale.


En photo : les villageois ramènent chez eux les légumes qui leur sont distribués.

Comment résoudre le problème d'approvisionnement en légumes frais en hiver des habitants?Après des recherches assidues menées par l'administration du village, la solution a été de planter des serres de légumes dans le village. En décembre 2016, les habitants locaux se sont réunis pour élaborer un projet. En avril 2017, au bout de quatre mois de travail, six serres de légumes étaient installées avec succès sur la terre collective du village à l'aide du gouvernement du comté de Wari et du Bureau de relocalisation du district. En août 2017, les premières graines de chou chinois ont été semées. Afin de s'occuper des légumes, les foyers formaient de petits groupes de deux familles pour gérer tous les quatre jours la terre avec des tâches telles que l'arrosage, le désherbage et la récolte. Au bout d'une cinquantaine de jours de travail et d’efforts, cent kilogrammes de chou chinois ont atteint finalement la maturité et chaque foyer a reçu une bonne part.

Les premières réussites ont motivé les villageois à apprendre à mieux cultiver les légumes : le radis, la salade, la tomate et ainsi de suite, une dizaine de légumes étaient cultivés par lots grâce à l'expertise de la technicienne agricole Gao Qin. Les habitants s'occupaient attentivement des légumes à tour de rôle et surveillaient la situation de pousse. Avec la maitrise de la technologie de culture et l'accumulation des expériences, renforcé par le climat doux dans les vallées fluviales en hiver, tous les habitants récupéraient sans difficulté leur part de légumes tous les mois.


En photo : les villageois ramènent chez eux les légumes qui leur sont distribués.

(Rédactrice : Estelle ZHAO)