À Ngari, les photographes entrent en contact étroit avec les animaux sauvages

Publié le 2020-10-16 à 10:49  |  China Tibet Online

Au cours des dernières années, la gestion globale des paysages, des forêts, des champs, des lacs et du système herbeux de la région de Ngari au Tibet, a permis de consolider et d'améliorer les résultats de la restauration écologique, d'augmenter la protection et l'inspection des réserves naturelles, de renforcer la protection des ressources naturelles telles que les glaciers, les montagnes enneigées, les forêts et les prairies, les terres minières, les berges des rivières et les animaux sauvages, et de construire une solide barrière de sécurité écologique à l'ouest du Tibet.
Avec l'amélioration continue de l'éducation environnementale et de la sensibilisation à la protection parmi les citoyens, la population d'animaux précieux tels que le yak sauvage, l'antilope du Tibet, l'ours brun du Tibet et la grue à cou noir continue d'augmenter à Ngari, au Tibet. De plus, ces animaux sauvages menacés des hautes terres, très souvent « photogéniques », sont de plus en plus photographiés. Les mesures de protection et les efforts ont fonctionné, ce qui montre que les conditions écologiques générales s'améliorent et que la fonction de conservation écologique est continuellement en cours de rétablissement.
« Ngari céleste, le royaume secret du Tibet occidental » est devenu une terre sainte pour les touristes, un paradis pour les photographes et un paradis naturel pour les animaux sauvages. Il est de notre responsabilité et obligation communes de protéger les animaux sauvages et leurs habitats.
Admirons ensemble les « elfes » des hautes terres à travers les objectifs des photographes locaux de Ngari.

(Rédactrice : Estelle ZHAO)