Explorer les « secrets » des populations qui s'adaptent à l'environnement de haute altitude

Publié le 2019-02-02 à 15:40  |  China Tibet Online

Récemment, l’Association chinoise de médecine a tenu une conférence en médecine sur l'environnement de haute altitude à Xining, au Qinghai. Des experts médicaux de plateau du Qinghai, du Tibet, du Xinjiang, de Beijing et des États-Unis se sont réunis pour explorer les « secrets » des populations qui arrivent à s’adapter à l'environnement du plateau.

« Le point essentiel de la recherche médicale sur la haute altitude est de résoudre le problème de l'hypoxie. Si nous contribuons à cet égard, cela favorisera certainement le développement de toute la cause médicale, » dit Wu Shizheng, président de la branche médicale du plateau de l'Association chinoise de médecine.

Quel est l'impact sur le corps quand les humains arrivent sur le plateau ? Ses effets indésirables, en l'absence d'oxygène, peuvent endommager le fonctionnement des organes humains. Mais le corps humain dispose d’un puissant mécanisme de protection endogène. De nombreux mécanismes seront activés dans certaines conditions hypoxiques et peuvent ainsi protéger le corps humain.

Le professeur Ouzhu Luobu de l'Université du Tibet a déclaré que les peuples du plateau ont un mécanisme complexe et efficace pour s'adapter aux effets néfastes liés au grand froid. Entre autres, la concentration en hémoglobine est l’un des facteurs importants. « À une certaine altitude, la concentration d'hémoglobine des Tibétains sur le plateau a augmenté avec l'altitude, » dit-il.

Selon la recherche, au-dessus de 5000 mètres d'altitude, vivre est également un grand défi pour la population du plateau. 4 500 mètres d'altitude est la hauteur critique de l'adaptation de l'environnement hypoxique du plateau. « Cette réponse préliminaire répond à la question scientifique de quelle altitude la plus heute à laquelle les peuples du plateau peuvent s’adapter. »

En outre, des experts médicaux compétents dans le domaine de l’environnement de haute altitude ont examiné « l’étude sur les normes en matière d’oxygène pour les populations de plateaux », « l’étude épidémiologique moléculaire sur les sous-types du virus de l'hépatite B spécifiques à la population tibétaine du plateau Qinghai-Tibet » et d'autres séries de questions.

(Rédactrice : Claire SHENG)