La population de grues à cou noir se stabilise dans la région source du Fleuve Yangtze

Publié le 2018-11-02 à 15:23  |  China Tibet Online

Au cours des deux dernières années, plus de 180 grues à cou noir ont été repérées dans la région d'origine du fleuve Yangtze, c'est-à-dire la réserve naturelle nationale de Rongpo et la prairie de Jiatang dans la préfecture de Yushu de la province du Qinghai, ce qui indique une stabilisation de la population de l'espèce.

Réel indicateur des changements écologiques du plateau, la grue à cou noir habite principalement dans les prairies, les marécages et les marais  entre 2500 et 5000 mètres au-dessus du niveau de la mer. C'est la seule des 15 espèces de grues au monde qui se reproduit et habite sur le plateau du Qinghai-Tibet. En 1989, l'espèce a été inscrite sur la liste des espèces sauvages protégées en Chine. En 1997, elle a été inscrite à l'annexe de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES en anglais).

On apprend que les grues à cou noir naissent chaque année vers le mois de mai. Fin octobre, les grues adultes amènent avec eux les jeunes grues au sud du Tibet, vers le Yunnan et d'autres endroits plus chauds où ils passeront l’hiver. Selon une estimation de la densité de répartition des espèces, on dénombre plus de 1500 grues à cou noir dans les cours supérieurs des Fleuves Yangtze, Jaune et du Lancang.

Wang Enguang, directeur adjoint du Département des forêts du Qinghai, a expliqué que les oiseaux échassiers tels que les grues à cou noir (en référence aux oiseaux qui se sont adaptés à la vie dans les marais et sur les rives) sont plus sélectifs quant à leur lieu d'habitat, ce qui fait d’elles de réels indicateurs écologiques. Leur existence sur le plateau suggère que l'environnement écologique de la région s'améliore de jour en jour.

(Rédactrice : Lucie)