Le parfum du thé de Mêdog accueille pour la première fois la visite du 11e Panchen Lama

Publié le 2020-09-04 à 10:34  |  China Tibet Online

Le 31 août, Panchen Erdeni Choskyi Gyalpo, membre du Comité permanent du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois, vice-président de l'Association bouddhiste chinoise et président de la branche tibétaine de l'Association bouddhiste chinoise, était en visite dans le district de Mêdog, connu sous le nom de la « terre secrète des lotus » .

Le district de Mêdog de la ville de Nyingchi est situé à la frontière sud-est de la région autonome du Tibet. Le climat y est doux et pluvieux, et donc propice à la croissance des plantes. Le 11e Panchen Lama a visité la base de plantation de thé de Mêdog, afin d'y comprendre de manière détaillée la plantation de thé, les ventes et la promotion des moyens de subsistance et du bien-être des populations locales.

« A Mêdog, combien de personnes gagnent leur vie en faisant pousser du thé ? » « Dans quelle mesure le comté a-t-il pensé à résoudre les contraintes de son isolation ? » « Combien de personnes sont sorties de la pauvreté après être passées de la culture du fruit à la culture du thé ? » Voici quelques questions que le 11e Panchen Lama posait alors qu'il a visité l'usine de production et de transformation.

Selon les informations disponibles, dans le passé, les produits d'exportation de Mêdog étaient principalement des fruits tels que les bananes et les nèfles. Mais en raison du transport difficile, la préservation des fruits posait problème.

« Le thé est une vache à lait pour faire fortune dans le district de Mêdog (pour les gens ordinaires) aujourd'hui. Nous l'appelons "la feuille d'or". » L'industrie du thé Mêdog génère des emplois pour plus de 3000 personnes de plus de 800 familles. Rien que dans le district de Mêdog, il y a 126 familles pauvres et 509 personnes bénéficiaires. Désormais, chaque famille peut augmenter leurs revenus d'environ 7 000 yuans (860 euros) par an. Le développement de l'entreprise a résolu l'emploi pour 130 personnes, parmi elles, la proportion d'étudiants de niveau collégial représentait environ 23 %.

« Quand on cultive du thé à Mêdog, il faut faire un thé de marque, c'est-à-dire faire du thé haut de gamme. Le coût du transport est élevé. Si vous faites du thé ordinaire ici, vous ne verrez aucun avantage à rivaliser avec le thé des autres régions du pays. » Le 11e Panchen Lama a dit que depuis les temps anciens, les Tibétains ont l'habitude de boire du thé, et que la culture du thé fait partie de l'excellente culture traditionnelle de la nation chinoise et possède un héritage culturel profond. Le thé produit dans les zones frontalières comme Mêdog doit avoir ses propres caractéristiques culturelles nationales et sa propre marque nationale haut de gamme. En même temps, en s'appuyant sur les ressources naturelles locales uniques, on peut mieux promouvoir le développement de l'industrie du thé, sortir davantage de personnes de la pauvreté. Pour mobiliser pleinement l'enthousiasme des agriculteurs, nous devons changer nos concepts, exporter le thé de Mêdog et produire encore plus de spécialités locales, qui deviendront un vecteur important pour promouvoir la culture locale de Mêdog. Le 11e Panchen Lama a également exhorté les produits à maintenir leur bonne qualité et leurs caractéristiques nationales tout en s'exportant.

Le 31 août, le 11e Panchen Lama a visité le Musée du patrimoine historique et culturel de Monpa et de Lhopa de Mêdog, où il a pu se familiariser avec la culture agricole de Mêdog, l'art religieux, la langue et la littérature, la vie ethnique et les coutumes, les expositions d'architecture, les costumes ethniques, l'artisanat, etc.

Il a écouté les explications du guide selon lesquelles le mode de vie des habitants de Mêdog a changé en raison de l'amélioration des conditions de circulation. La qualité de vie a été grandement améliorée, ce qui a réjouis 11e Panchen Lama. Après en avoir appris davantage sur les riches ressources naturelles du district de Mêdog, le 11e Panchen Lama a dit qu'il était nécessaire de s'appuyer sur les ressources naturelles et les coutumes locales pour développer le tourisme, tout en poussant les populations locales à augmenter leurs revenus et à devenir riches, afin que davantage de personnes puissent connaître Mêdog et découvrir l'histoire et la culture des ethnies Monpa et Lhopa.

(Rédactrice : Claire SHENG)