Les drones de protection aident à la récolte de céréales à Qonggyai

Publié le 2020-09-01 à 11:12  |  China Tibet Online

Dans la matinée du 19 août, le groupe de travail d'aide au Tibet de Xiangyang du Hubei a effectué le premier vol d'essai d'un drone offert au district de Qonggyai.

Récemment, dans un champ de blé du troisième groupe du village de Punsum, dans le canton de Gyaimain du district de Qonggyai, au Tibet, un drone phytosanitaire DJI chargé de 20 kilogrammes d'engrais foliaire de blé s'est envolé dans le ciel, pulvérisant une brume blanche à travers le champ de blé. Ce spectacle a attiré de nombreux villageois. En seulement 10 minutes, un champ de blé couvrant une superficie de 50 mu a été uniformément pulvérisé avec un engrais spécial pour protéger les feuilles de blé. 

Le 19 août, un drone est utilisé pour les opérations de pulvérisation. 

Il s'agit du premier vol d'essai de deux drones de protection des plantes DJI d'une valeur de 200 000 yuans achetés par le groupe de travail d'aide au Tibet de Xiangyang du Hubei et donnés gratuitement au Bureau de l'agriculture et du milieu rural du district de Qonggyai. 

Le district de Qonggyai a une altitude moyenne de 3750 mètres et comprend une superficie de terres arables de 27 000 mu, dont la majorité se trouve sur les pentes des vallées fluviales. Alors qu'il faisait fonctionner le drone, Feng Wang, technicien agricole au Centre de services complets pour l'agriculture et l'élevage du district de Qonggyai, a déclaré : « Nous avons maintenant un drone phytosanitaire à Qonggyai. L'efficacité de travail d'un drone équivaut à cinquante ou soixante ouvriers. Il peut voler 300 mu en une heure, et couvrir au moins 1500 mu par jour. Pour mettre en œuvre un contrôle unifié des 17 000 mu d'orge et de blé du district, il faut juste cinq ou six jours pour deux pilotes de drones. » 

Le 19 août, des villageois sont venus observer le drone. 

« Dans le passé, pour combattre les criquets et les pucerons migrateurs du Tibet, il était nécessaire d'organiser les villageois pour pulvériser des produits avec des pulvérisateurs avec le Commissaire à la technologie du village. Ce n'était pas prudent, et c'était un travail dur. Tout va bien maintenant, avec cet outil. À l'avenir, la prévention et le traitement des maladies seront plus faciles », a déclaré avec enthousiasme Nyima Tsering, le directeur du village de Punsum, en regardant la scène.

(Rédactrice : Lucie ZHOU)