Huawei cherche une solution aux nouvelles restrictions américaines

Publié le 2020-05-20 à 17:29  |  People's Daily

Huawei Technologies Co a déclaré le 18 mai que les dernières restrictions du gouvernement américain sur les semi-conducteurs affecteront inévitablement ses activités, mais la société fera tout ce qui est en son pouvoir pour trouver une solution. Les commentaires de la société chinoise sont intervenus après que le département américain du Commerce a publié de nouvelles règles qui pourraient empêcher Huawei et ses fournisseurs d'utiliser les technologies américaines pour la conception et la fabrication de semi-conducteurs. 

Guo Ping, qui assure actuellement la présidence tournante de Huawei, a affirmé lors d'une conférence à Shenzhen, dans la province du Guangdong (sud de la Chine) : « Nous sommes confiants dans nos capacités à trouver une solution au plus vite ». 

Dans un communiqué distinct, Huawei a indiqué que la nouvelle règle affectera l'expansion, la maintenance et les opérations continues de réseaux d'une valeur de centaines de milliards de dollars qu'elle a déployées dans plus de 170 pays. « Cela affectera également les services de communication pour plus de 3 milliards de personnes qui utilisent les produits et services Huawei dans le monde. Pour attaquer une entreprise leader d'un autre pays, le gouvernement américain a intentionnellement tourné le dos aux intérêts des clients et des consommateurs de Huawei. Cela va à l'encontre les affirmations du gouvernement américain selon lesquelles il est motivé par la sécurité du réseau », a dit Huawei. 

Cela fait un an que le gouvernement américain a mis Huawei sur sa liste d'entités, empêchant la société d'acheter des technologies américaines. « Malgré les restrictions sur de nombreuses technologies, nous avons lutté pour survivre l'année dernière et nous cherchons à avancer », a déclaré M. Guo. 

Pour faire face aux restrictions, les dépenses de recherche et développement de Huawei ont augmenté de 29,8% pour atteindre 131,7 milliards de yuans (18,5 milliards de dollars) en 2019, tandis que les stocks ont bondi de 73,4% d'une année sur l'autre. 

Selon des experts, la dernière interdiction marque une escalade dans les tentatives de Washington d'affronter la Chine pour la domination technologique mondiale, en particulier dans les technologies 5G qui sont d'une importance stratégique nationale. 

De son côté, Bai Ming, chercheur senior invité à l'Académie chinoise de commerce international et de coopération économique, a souligné que « Huawei est le leader mondial de la 5G. Les tentatives du gouvernement américain pour contenir Huawei sont une lutte pour la suprématie dans le futur monde technologique ». 

De fait, le procureur général des États-Unis, William Barr, a affirmé dans un discours en février que dans les cinq prochaines années, le territoire mondial et la domination des applications de la 5G seront déterminés. « La question est de savoir si, dans cette fenêtre, les États-Unis et leurs alliés pourront établir une concurrence suffisante face à Huawei pour conserver et capturer suffisamment de parts de marché pour maintenir le type de position concurrentielle à long terme et robuste nécessaire pour éviter de céder la domination à la Chine », a-t-il dit, selon une transcription de son discours prononcé devant le Centre pour les études stratégiques et internationales, basé à Washington. 

Les dernières restrictions à l'exportation du ministère américain du Commerce sur Huawei sont entrées en vigueur le 15 mai dernier avec un délai de grâce de 120 jours. 

Les experts ont également averti que les nouvelles restrictions inciteront davantage la volonté des entreprises chinoises d'étendre leurs propres capacités de recherche et développement en semi-conducteurs. La société Semiconductor Manufacturing International Corp (SMIC), fabricant de puces basé à Shanghai, a déjà réussi à produire en masse un processeur de smartphone pour Huawei en utilisant un processus de fabrication de 14 nanomètres. 

SMIC cherche à perfectionner davantage ses technologies. La société a annoncé le 15 mai avoir reçu un investissement de 1,5 milliard de dollars du National Integrated Circuit Fund II de Chine et un engagement de 750 millions de dollars du Shanghai Integrated Circuit Fund II, qui seront utilisés pour stimuler ses capacités de recherche et développement et de production.

(Rédactrice : Lucie ZHOU)