Marais salant au bord du fleuve Lancang

Publié le 2019-05-16 10:09  |  China Tibet Online

Dans la vallée du fleuve Lancang (en amont de la portion du fleuve Mékong située en Chine), au carrefour du Sichuan, du Yunnan et du Tibet, s'étend un marais salant d'une longueur d'environ 500 mètres. Les habitants du village de Jiada, dans le canton ethnique des Naxi (Markam, Tibet), s'occupent actuellement de faire sécher le « sel de fleur de pêcher », aussi appelé « sel rouge ».

La procédure manuelle d'extraction de sel englobe des étapes comme l'extraction de la saumure, le séchage du sel, le raclage et la récolte. Cette méthode est vieille de plus de 1 300 ans dans cette région.

Lors de la saison d'extraction du sel, les locaux utilisent du bois et des dalles en pierre pour diviser le marais salant en plus de 3 500 parties, plus ou moins grandes, sur les rives du fleuve Lancang.

La partie supérieure est réservée au séchage tandis que la partie inférieure est destinée à la réserve de la saumure. Cette technique de séchage a été inscrite dans la liste du patrimoine culturel national en juin 2018.

A l'heure actuelle, 113 ménages du village de Jiada continuent à extraire du sel à l'aide de cette technique traditionnelle. D'après le directeur adjoint permanent du comté de Markam, le marais salant de Markam était auparavant un lieu commercial important sur l'ancienne Route du thé et des chevaux. En outre, grâce à cette ressource également touristique, les locaux ont pu sortir de la pauvreté et s'enrichir plus rapidement.

(Rédactrice : Claire SHENG)