L'aura de la Fête du Printemps serait-elle en train de pâlir ?

Publié le 2019-02-03 à 12:15  |  People's Daily

« Est-ce que tu reviens chez toi pour la Fête du Printemps ? ». Pour les Chinois, c'est la question incontournable à cette période de l'année. Car c'est aussi à ce moment que rentrer chez soi revêt un sens rituel spécial qui dépasse le simple acte du transport physique et du retour.

Une courte vidéo intitulée « What's Peppa Pig » (« Peppa Pig, c'est quoi ? ») qui est devenue virale sur les médias sociaux a récemment exploité avec art ce thème saisonnier du retour à la maison. C'est une petite vidéo promotionnelle pour un film mettant en vedette le célèbre personnage de bande dessinée britannique Peppa Pig, qui a enregistré des dizaines de millions de vues moins de 24 heures après sa sortie.

La popularité de cette vidéo touche aux significations sociales riches et changeantes que les gens associent à la Fête du Printemps et à ses traditionnelles réunions de famille et révèle comment ce genre de significations sont constamment reconstruites dans un contexte sociotechnique en évolution et entre générations différentes.

La vidéo raconte l'histoire d'un grand-père solitaire vivant dans une petite localité rurale, qui après de nombreuses difficultés réussit à comprendre et finalement confectionne le cadeau que son petit-fils avait demandé, un jouet Peppa Pig. Il l'a fabriqué à sa manière, avec sa propre compréhension et avec les matières premières limitées à sa disposition -de la ferraille et de la peinture. Cette ingénieuse combinaison a ému de nombreux téléspectateurs, car elle représente une tentative de combler les nombreuses lacunes existant dans une société en transition et en développement, telles que les différences entre les expériences urbaines et rurales, entre les générations les plus jeunes et les plus âgées.

Cela nous ramène au vieux débat sur la question de savoir si l'atmosphère de la Fête du Printemps (年味, nian wei, littéralement le « goût de l'année ») s'efface à mesure que les gens s'orientent vers des modes de vie urbanisés et modernisés. Les jeunes qui travaillent dans les grandes villes sont-ils de plus en plus incapables ou réticents de rentrer chez eux ? Si oui, en quoi cela change-t-il notre façon de voir et de célébrer cette fête ? Et son sens change-t-il ?

L'aura de la Fête du Printemps

Pour beaucoup de Chinois, le terme de Fête du Printemps porte en lui une aura magique : c'est un signifiant de la nostalgie. Il déclenche des souvenirs d'enfance lorsque, comme chez l'auteur de ces lignes, sa grande famille élargie dînait lors de la réunion organisée par sa grand-mère, pendant laquelle il pouvait aussi goûter à toute une variété de plats faits maison qui lui étaient autrement inaccessibles.

C'était également, pour les enfants, une occasion d'avoir de nouveaux vêtements et de recevoir ces fameuses enveloppes rouges sous une forme matérielle et tangible, avant de les remettre à contrecoeur à leurs parents. C'était un moment de détente et de connexion, non seulement avec la famille et les amis, mais aussi avec la communauté au sens large et avec la tradition.

Ce qui rend la Fête du Printemps festive, c'est l'expérience commune à laquelle vous participez -la longue anticipation du grand jour et les longues préparations faites juste pour cette occasion spéciale. L'expérience du retour à la maison pour des vacances n'est pas une expérience solitaire, mais communautaire.

C'est la période la plus chargée de l'année pour le système de transports du pays qui accueille un nombre considérable de passagers. Ce soir-là, regarder le gala de la Fête du Printemps de CCTV est aussi une expérience communautaire qui remplit une fonction rituelle, en ce que cela rassemble le corps social, renforce les liens des gens avec la communauté et leur offre un sens d'identité, d'appartenance et d'enracinement.

L'aura de la Fête du Printemps provient de son enracinement dans les traditions, les mémoires et les communautés. Cela se fait dans les réunions de famille, pas dans les familles nucléaires, mais dans les familles élargies. C'est une occasion de rassemblement et de communication entre générations. Le trafic massif des moyens de transport -des itinéraires qui sillonnent le vaste territoire de la Chine- jette un pont entre les espaces ruraux et urbains et permet des expériences géographiques, matérielles mais aussi symboliques.

Autres temps, autres mœurs

Mais comme beaucoup l'affirment, les choses changent. L'élévation du niveau de vie permet aux enfants d'avoir des vêtements à leur guise et aux familles d'organiser des banquets de réunion dans des restaurants raffinés. La numérisation de la vie sociale permet aussi d'échanger des enveloppes rouges avec le confort de leurs téléphones portables.

Les pratiques traditionnelles associées à la Fête du Printemps sont de plus en plus dissociées des formes et des espaces rituels auxquels elles étaient naguère confinées. La communication virtuelle semble déplacer davantage d'interactions en face à face.

À mesure que les gens deviennent plus matures, leur vie et leur mentalité changent aussi. À l'ère postindustrielle, la main-d'œuvre devient plus flexible, plus fluide et plus mobile, et fonctionne selon un processus accéléré et incessant. De plus en plus de possibilités de choix de carrière et de vie apparaissent, en termes d'endroit où travailler, de manière de vivre et de façon d'inventer son propre récit de soi.

Avec une telle flexibilité et des choix individualisés, la pression pour rester toujours à flot, se marier et avoir des enfants, et devenir propriétaire, s'accentue. La modernisation des modes de vie et la pression croissante font que certains jeunes sont réticents à l'idée de rentrer chez eux pour la Fête du Printemps, car c'est aussi un moment où ils font souvent face aux attentes pesantes de leurs parents et de leurs proches concernant leur emploi, leur statut relationnel et d'autres aspects intimes de leur vie. Rentrer à la maison ou non devient donc aujourd'hui une question.

Se reposer et renouer le contact

Pour autant, en dépit de tous ces changements, beaucoup de choses restent inchangées, telles que l'amour et la sollicitude entre parents et enfants, qui l'emportent finalement sur leurs différences. L'esprit de la Fête du Printemps, de la réunion et du rassemblement communautaire ne change pas et pourrait être revécu de manière moderne.

En fait, le style de vie moderne accéléré et susceptible de générer des pressions rend encore plus nécessaire l'interruption du travail et le retour à la maison. La Fête du Printemps offre une occasion idéale pour ce repos et aussi une occasion de renouer les contacts et de communiquer en face à face avec sa familles au sujet de ses angoisses et de ses problèmes. Pour bien communiquer, les générations les plus âgées et les plus jeunes doivent s'entendre. Ils ont besoin de comprendre et de respecter les attentes et les choix de chacun pour vraiment se reconnecter.

Est-ce que l'aura de la Fête du Printemps s'estompe ? Non, mais pour pouvoir la ressentir, encore faut-il faire une pause dans sa vie trépidante. Il faut se reconnecter avec ses sens perdus, avec ses amis et sa famille et avec la communauté d'où l'on vient. C'est se reconnecter à ce niveau plus profond qui est le véritable sens des réunions de famille de la Fête du Printemps.

(Rédactrice: Claire SHENG)