Les artistes du Gansu héritent de l'art du brocart du Qiang

Publié le 2018-11-08 à 14:12  |  China Tibet Online

Après un jour de travaux agricole et domestique, Jin Dongxiu, 36 ans, héritière du brocart dans le comté de Zhugchu (préfecture autonome tibétaine du Gannan, province du Gansu) a pu se détendre tout en profitant de son "temps brocart". Il s'agit d'un savoir-faire qui remonte à plus de mille ans et qui est réputé comme étant un "fossile vivant" de la culture de l'ethnie Qiang.

La ceinture en brocart est une ceinture à fleurs utilisée par les femmes tibétaines du comté de Zhugchu pour nouer autour de leur taille, attacher leurs bottes, décorer leurs cheveux ou simplement orner leurs vêtements. Colorée et jolie, elle peut aussi être utilisée comme gage d'amour entre un jeune homme et une jeune femme pour exprimer leur fidélité à l'amour.

La fabrication du brocart demande beaucoup d'efforts, de sorte que les artistes folkloriques ne peuvent en tisser que quelques centimètres par jour. Ils doivent s’asseoir utiliser leurs pieds pour tenir les outils, puis entrelacer les fils de couleur pour créer les motifs traditionnels.

Jin Dongxiu, qui a hérité les techniques de brocart des aînées de sa famille, est capable de mémoriser de nombreux motifs complexes de brocart depuis son enfance. De nos jours, il existe des milliers de motifs dans le comté de Zhugchu. Habituellement, 15 à 38 motifs peuvent être tissés sur une seule ceinture de brocart. Les motifs les plus originaux sont les plus souvent simples, représentant des antilopes, des paons, des léopards tigres, des cerfs Sika, des bovins d'élevage, etc. On y trouve également des totems, des instruments religieux, des ustensiles populaires, des oiseaux et autres animaux, des paysages, des fleurs et des arbres, différentes architectures, etc. « Avec le développement de la société et les échanges culturels à long terme entre les différentes ethnies, les motifs, les couleurs, les matériaux et les tailles de brocarts se sont diversifiés. Divers éléments culturels tels que des personnages, des héros et des dessins animés de différentes nationalités apparaissent désormais sur les brocarts tibétain », a déclaré Jin Dongxiu.

Au fil des ans, les autorités locales ont collecté et rassemblé un grand nombre d'images, de vidéos, de textes et d'objets artisanaux sur le thème des brocarts confectionnés par les femmes tibétaines. Des opérations de sauvetage ont aussi été menées avec détermination. Avec le soutien officiel, les héritiers de cette culture, dont Jin Dongxiu, apprennent régulièrement le brocart aux femmes amatrices désireuses de s'y essayer. En outre, l'art du brocart est apprécié par les touristes qui y voient un artisanat exquis.

(Rédactrice : Lucie)