La « carte de visite régionale » du Tibet s’exporte vers le monde

Publié le 2018-10-30 à 13:52  |  China Tibet Online

La marque de mode haut de gamme « Yake Norbu » est récemment apparue lors de la Semaine de la mode printemps-été 2019 à New York. La culture tibétaine mise en vedette par cette marque combine le style de conception de l'esthétique moderne, et a été largement reconnue par les gens du monde entier.

« Yake Norbu » est une marque haut de gamme appartenant à la société Lhassa Gangqiong Lajia Wenchuang Development Co., Ltd. La société Gangqiong Lajia cherche à montrer au monde la culture tibétaine ancienne et mystérieuse. L'entreprise s’appuie sur les velours des yaks vivant à 4 000 mètres d’altitude, combinant l'artisanat tibétain traditionnel avec l'esthétique du design moderne. Pour cette raison, « Yake Norbu » est appelée la « carte de visite de mode » de la culture tibétaine.

« Yake Norbu » n’est pas seulement une « carte de visite régionale » qui rafraîchit la perception des gens sur l’artisanat traditionnel tibétain, c'est aussi un espoir pour certains villages de montagne au Tibet. Le secrétaire du village de Siji Tashi, qui produit du Pulu de haute qualité pour « Yake Norbu », a déclaré qu’en tant que village de relocalisation ex situ de lutte contre la pauvreté faire gagner et augmenter les revenus de l'argent aux femmes du village par le tissage traditionnel ethnique ont toujours été des problèmes dans le village.

 « Quand Lan Yu, la designer en chef de Yake Norbu, m’a dit qu’elle pouvait le résoudre, j’ai l'impression de rêver. » Le secrétaire du village dit qu’avec l'aide de Lan Yu, le Pulu tissé à la main des femmes du village est connu dans le monde entier. Cela résout également les problèmes économiques de certaines familles.
« À l’avenir, nous continuerons à coopérer avec Lan Yu pour augmenter le pouvoir des femmes qui tissent. » Interrogé sur les projets futurs, le secrétaire du village répond avec enthousiasme : « À l’avenir, nous allons résoudre pas seulement le problème de l’emploi de notre village, mais nous aiderons également un autre point de relocalisation ex situ pour la lutte contre la pauvreté pour les femmes dans le village Sanyou le long de la rivière Lhassa et dans l’ensemble du comté, permettant aux femmes de Chushur de perpétuer la culture artisanale caractéristique de leur nation. »
Lan Yu, designer de « Yake Norbu », dit : la première fois que je suis venue au Tibet, j'ai été impressionnée par les simples coutumes folkloriques et le charme de la nature. « J'ai choisi d'utiliser la laine de yak comme matière première juste au but d'aider les fermiers et bergers des régions tibétaines à augmenter leurs revenus économiques et améliorer le niveau de vie avec mes maigres efforts. » Lan Yu dit franchement que la laine de yak est une matière textile écologique et de haute qualité, mais les habitants souffrent de l’absence d’une chaîne de transformation mature. Rien ne garantit que des matières premières de haute qualité soient fournies de manière stable. Pour changer cette situation, Lan Yu pense qu'en plus du soutien du gouvernement, il faut également à des experts pour expliquer la manière d’exploiter scientifiquement les yaks. Cela permettra de créer un ensemble complet de chaînes industrielles d'élevage de bétail pour l’industrie du cachemire, d’inspection des achats de laine de yak, et de transformation primaire de la laine de yak.

Le succès de « Yake Norbu » montre au monde la signification et l'héritage de la culture traditionnelle tibétaine, et offre un modèle pour l’exportation à l'étranger de la culture traditionnelle du Tibet, qui pourra aller à la rencontre du monde.

(Rédactrice : Lucie)