CNN : le Covid-19 se serait propagé dans le monde dès la fin de l'année dernière

Publié le 2020-05-12 à 15:33  |  China.org.cn

Selon CNN le 6 mai, une nouvelle étude génétique effectuée au Royaume-Uni a révélé que le Covid-19 se serait propagé rapidement dans le monde dès la fin de l'année dernière.

François Balloux, directeur de l'Institut de génétique à University College London, a effectué avec ses collègues une analyse génétique du Covid-19 extrait de plus de 7 600 patients dans le monde. Ce virus a commencé à se diffuser à la fin de l'an passé et s'est très probablement propagé rapidement après la première infection.

La recherche a été publiée sur le site Web de la revue scientifique Infection, Genetics and Evolution. Elle montre que l'épidémie de nouveau coronavirus (SARS-CoV-2) aurait débuté entre le 6 octobre 2019 et le 11 décembre 2019, lorsque le virus a infecté un hôte humain. Elle note aussi que la pneumonie à nouveau coronavirus (Covid-19) s'est largement propagée dans le monde et que cette propagation est très probablement apparue très tôt.

« Nous sommes très, très, très confiants dans le fait que le virus a pénétré dans un hôte humain à la fin de l'année dernière », a déclaré M. Balloux. Son équipe a extrait des séquences de virus d'une base de données mondiale et analysé les échantillons collectés à des endroits et des moments différents. « Le virus est en mutation, mais cela ne signifie pas qu'il s'aggrave », a-t-il néanmoins précisé. Il n'y a aucune preuve indiquant que ce virus se propage plus facilement après sa mutation, ou qu'il est davantage susceptible de provoquer une maladie grave.

Par ailleurs, son équipe estime que le virus existe partout dans le monde. « Il a été importé encore et encore dans presque tous les pays », a remarqué M. Balloux. Selon CNN, les preuves de cette analyse génétique confirment également ce que les gens suspectaient, à savoir que le nouveau coronavirus infectait déjà les humains en Europe et aux Etats-Unis notamment des semaines, voire des mois avant que le premier cas ne soit officiellement signalé en janvier ou février.

M. Balloux a ajouté qu'il était impossible de trouver le « patient zéro » dans quelque pays que ce soit.

Récemment, Michael Melham, le maire de Belleville, aux Etats-Unis, a affirmé qu'il avait été probablement infecté par le nouveau coronavirus en novembre dernier, deux mois avant que le premier cas ne soit signalé aux Etats-Unis. M. Melham a déclaré que son analyse sanguine avait révélé le 29 avril qu'il avait déjà des anticorps contre le Covid-19. Il avait présenté des symptômes de fièvre élevée et des frissons pendant plusieurs jours autour du 21 novembre dernier, mais les médecins avaient diagnostiqué une grippe à l'époque.

(Rédactrice : Estelle ZHAO)