Droits de douane: pourquoi la menace américaine est futile (COMMENTAIRE)

Publié le 2018-08-10 à 10:57  |  French.xinhuanet.com

BEIJING, 9 août (Xinhua) -- Les conflits commerciaux n'ont rien de nouveau dans l'histoire économique des Etats-Unis, et ils passent inévitablement par le même cercle usé. Initialement, les Etats-Unis avaient l'intention de limiter la concurrence et de renforcer leur économie, mais ont rapidement fini par nuire à l'économie au sens large.

La récession des années 1930 est un exemple parfait. Sous la pression économique, le président Herbert Hoover a signé la loi Smoot-Hawley sur les droits de douane, augmentant les droits sur plus de 20.000 produits importés, ce qui a conduit à des mesures de rétorsion de la part de plusieurs partenaires commerciaux de l'Amérique, outrés. Par conséquence, les importations et les exportations américaines ont plongé de plus de 60%, aggravant davantage la récession et portant atteinte à l'économie mondiale.

Ces trois dernières décennies, les conflits commerciaux américains se sont concentrés sur plusieurs secteurs, dont les bananes, le bois, l'acier et les pneus. Mais des droits de douane plus élevés sur ces produits n'ont pas sauvé l'économie américaine, et a plutôt aggravé la situation de toutes les parties concernées.

Le passé n'est qu'un prologue.

Les Etats-Unis ont lancé la plus grande guerre commerciale dans l'histoire économique, dans l'espoir de supprimer le déficit commercial avec la Chine.

Toutefois, la Chine et les Etats-Unis donnent des chiffres très différents sur ce qu'est réellement le déficit commercial. Selon les données du Bureau américain du recensement, le déficit avec la Chine s'est élevé à un montant record de 375 milliards de dollars en 2017, alors que les douanes chinoises calculent l'excédent du pays avec les Etats-Unis à 275 milliards de dollars.

"Les écarts statistiques ont gonflé le calcul du déficit commercial des Etats-Unis avec la Chine d'environ 20% par an", a estimé Zhong Shan, ministre chinois du Commerce.

Un iPhone, par exemple, joue un rôle important dans le déséquilibre du déficit commercial apparent des Etats-Unis avec la Chine. En apparence, le déficit semble s'élever à 375 milliards de dollars, dont 4,4% pour les seuls produits de la famille d'iPhone, mais, les vrais chiffres sont beaucoup moins importants.

Selon IHS Markit, les composants d'un iPhone coûtent un total de 370,25 dollars, dont 110 dollars reviennent à Samsung Electronics en République de Corée pour les écrans, et 44,45 dollars à Toshiba Corp au Japon et à SK Hynix en République de Corée pour les puces à mémoire.

D'autres fournisseurs des Etats-Unis et de l'Europe prennent également leur part, tandis que l'assemblage, assuré par des fabricants contractuels en Chine comme Foxconn, représente seulement 3% à 6% du coût de production.

Dans ce cas typique, est-il juste de prétendre que la Chine prend le total de l'excédent commercial dans ses exportations d'iPhone aux Etats-Unis ?

Les Etats-Unis ont un problème, mais ce n'est pas avec la Chine, il est chez eux, selon Joseph Stiglitz, prix Nobel d'économie américain. "Les Etats-Unis économisent très peu", a-t-il écrit dans un récent article, indiquant que les dirigeants américains doivent faire de leur mieux afin d'augmenter l'épargne nationale pour réduire le déficit commercial multilatéral s'ils ont la moindre compréhension de l'économie et une vision à long terme.

Selon lui, réduire le déficit commercial bilatéral de manière significative s'avérera difficile, et la balance commerciale globale de la Chine, comme celle des Etats-Unis, est déterminée par la macroéconomie.

L'imposition des droits de douane par les Etats-Unis sur 50 milliards de dollars d'importations de la Chine a déjà eu des effets inverses.

Le déficit commercial global des Etats-Unis a augmenté de 7,3% en juin, selon le département américain au Commerce. Il est en voie d'atteindre son plus haut niveau en dix ans.

Au cours de presque 40 ans de relations diplomatiques, les conflits commerciaux n'ont rien de nouveau entre la Chine et les Etats-Unis. L'Histoire a prouvé que les deux pays n'ont jamais manqué de moyens significatifs pour traverser les eaux troubles.

L'Histoire et les statistiques ont montré que lancer une guerre commerciale était futile en fin de compte. Tout ce dont les Etats-Unis ont besoin, c'est de faire un choix avisé.

(Rédactrice: Caroline)