Point de vue d’expert : les Etats-Unis ne sont pas à l’origine des normes sur la liberté religieuse

Publié le 2018-06-13 à 09:25  |  China Tibet Online

Les Etats-Unis ont publié ces dernières années des prétendus rapports sur la liberté religieuse dans le monde et ont pointé du doigt la situation actuelle en Chine. « L’attitude des Etats-Unis au sujet du Tibet et la nature de l’agence de publications déterminent l’avis défavorable de ces rapports envers la Chine », estime Dukar Tsering, vice-président et chercheur au Centre national de recherche en tibétologie, au moment où voit le jour le rapport 2017 sur la liberté religieuse mondiale. 

Prétendus élaborateurs de normes sur la liberté religieuse

« Où se trouve la religion citée dans le rapport ? Où sont les monastères, les bonzes et les adeptes ? En Chine bien évidemment. Au lieu de s’appuyer sur de vrais chiffres et événements rapportés par notre pays, les Etats-Unis se sont appuyés sur des informations apportées par des séparatistes pour établir leurs rapports. La majorité des séparatistes n’ont jamais mis les pieds en Chine, ce qui remet en cause la crédibilité et l’autorité de ces rapports », poursuit-il. 

« Qu’est-ce que la liberté religieuse ? Peut-on en donner une définition précise ? Qui est capable de la définir ? Il n’existe pas une norme conventionnelle à ce sujet. Le titre d’élaborateur de norme peut-il être attribué à l'USCIRF ou à un bureau quelconque du département d’Etat des Etats-Unis ? Jamais », dit Dukar Tsering, avant d’affirmer que les normes sont censées s’adapter aux circonstances locales. « En prenant le cas du bouddhisme tibétain, si la liberté religieuse signifie le césaropapisme comme c'était le cas avant la réforme démocratique, nous ne souhaiterions jamais revenir en arrière. A l’époque, la vie des habitants locaux et le pouvoir politique étaient entre les mains de la classe supérieure religieuse, l’ascenseur social était donc en grande panne, sans parler de la liberté individuelle. Voilà pourquoi nous nous sommes mobilisé à renverser l’ancien régime. Par conséquent, si les Etats-Unis insistaient sur leur nostalgie pour ce régime, je ne vois pas l’intérêt de poursuivre notre dialogue. »

« La politique chinoise sur la liberté religieuse est justifiable partout dans le monde. »

«Notre politique sur la liberté religieuse est justifiable partout dans le monde, pas seulement en Chine », déclare Dukar Tsering, « Un gouvernement à l’écoute du peuple est capable de maximiser l’intérêt du peuple, d’assurer ses activités religieuses et de satisfaire son désir d’avoir la foi. »

Selon Dukar Tsering, la confiance en notre politique sur la liberté religieuse vient de garanties dans plusieurs aspects. D’abord, la loi sur l’autonomie régionale des minorités et la politique sur la liberté religieuse sont inscrites dans la Constitution, ce qui garantit justement ces droits et devoirs. Puis, dans des régions de révolution à l’époque, notamment pendant la Longue Marche, des mesures effectives étaient mises en place par le Parti Communiste Chinois pour protéger des activités régulières religieuses, des monastères et des bonzes en lien avec des éthnies minoritaires. Vous pouvez ainsi remaquer que notre politique ne s'arrête pas qu’à des mots. Elle passe à l’acte dans l’histoire comme c'est le cas à l’heure actuelle. » En raison de l’importance de la religion pour nos concitoyens, le gouvernement chinois a dépensé beaucoup afin de régulariser les activités religieuses. Conformément à la stratégie de la gouvernance selon les lois, des règlements pour la gestion des affaires religieuses sont mises en pratique. Enfin, ces normes ont été établies par le gouvernement après avoir dressé le bilan des expériences.

(Rédactrice: Caroline)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Liens connexes