Les ambassadeurs impressionnés après leur visite dans une région pionnière d'éradication de la pauvreté dans l'est de la Chine

Publié le 2020-10-16 à 15:01  |  People's Daily

Les ambassadeurs en Chine d'une trentaine de pays se sont rendus en visite le 13 octobre à Ningde, une ville de l'est de la Chine connue pour ses efforts de pionnier dans la réduction de la pauvreté, et les pratiques locales ont non seulement reçu les éloges des diplomates, mais aussi incité beaucoup d'entre eux à dire qu'ils poursuivraient une lutte contre la pauvreté innovante dans leur propre pays. 

La Chine a sorti plus de 75 millions de personnes de la pauvreté au cours des 40 dernières années, ce qui représente 80% du total mondial au cours de la même période, ce qui a paru tout à fait évident pour les envoyés en visite dans un petit village de Chixi à Ningde, dans la orientale province du Fujian. La tournée était co-organisée par le Département international du Comité central du Parti communiste chinois et le Comité provincial du Parti communiste chinois du Fujian. 

Photo aérienne prise le 15 juillet 2020 montrant une zone de mariculture dans la ville de Ningde, dans la province du Fujian (sud-est de la Chine). Ningde a développé toute une chaîne industrielle de grandes courbines jaunes, notamment l'élevage, la transformation et la commercialisation. En 2019, la production des grandes courbines jaunes de la ville a atteint environ 164 000 tonnes, représentant plus de 80% de la production nationale et créant une valeur de production de plus de dix milliards de yuans (1,43 milliard de dollars). (Photo : Xinhua) 

Au cours de leur tournée, de nombreux ambassadeurs ont déclaré que bien que la situation dans leur pays soit différente, l'histoire de Chixi et Ningde les a inspirés de différentes manières et qu'ils utiliseraient leur expérience pour améliorer les moyens de subsistance de leur peuple dans leur propre pays. 

Chixi, un village montagneux qui abrite l'ethnie She, a reçu une attention nationale lorsque sa situation a été exposée dans les journaux en 1984. Le don de semences et de bétail est arrivé, mais cela n'a hélas pas changé la situation car le village était coupé du monde extérieur. En 1995, une route a été construite et les habitants ont été transférés dans un village central. Les transports et les connexions avec le monde extérieur ont rendu possible une industrie du thé et un écotourisme. Le revenu par habitant a explosé, passant de 160 yuans (24 dollars) par an à plus de 20 000 yuans. 

Les ambassadeurs ont passé deux heures dans un train à grande vitesse et un bus pour rejoindre le village depuis la capitale provinciale Fuzhou. L'ambassadeur de Tanzanie a déclaré que le village était si propre et moderne qu'il ressemble à une ville, se disant impressionné par la manière dont les gens et le chef du village étaient activement engagés dans la cause. Le chef « savait tout, chaque numéro de son village », a-t-il remarqué. 

« Aux Fidji, nous avons les terres fertiles, nous avons la mer, mais ce sont les gens... », a déclaré l'ambassadeur Manasa Tagicakibau, soulignant qu'il était crucial de mobiliser le public qui fait l'objet de l'éradication de la pauvreté. 

Des relations étroites entre les responsables locaux et la population ont stimulé ce que de nombreux observateurs appellent le miracle de l'éradication de la pauvreté en Chine. Il y a 3 millions de fonctionnaires du Parti communiste chinois en poste dans les villages du pays qui mènent ce travail. Des spécialistes de la science et de la technologie sont envoyés dans les zones frappées par la pauvreté pour aider les habitants à développer des modèles économiques adaptés. Les mégadonnées peuvent surveiller la situation des ménages difficiles à la limite de la pauvreté, afin de s'assurer qu'ils n'y replongeront pas en cas d'imprévu. 

Chixi n'est que l'une des histoires d'un village autrefois appauvri mais qui a réussi à sortir de la pauvreté en développant une voie unique grâce à des décennies d'efforts. 

M. Tagicakibau a noté que la politique électorale aux Fidji compromet parfois l'efficacité et la stabilité des politiques, car de nombreuses mesures manquent de suivi et de mise en œuvre. Parfois, les propositions n'étaient pas mises en œuvre après que les gens ont été élus, a-t-il dit. 

Une autre leçon mentionnée par de nombreux ambassadeurs est que les mesures doivent être adaptées aux conditions locales car aucun modèle ne peut être directement copié dans d'autres pays. Le développement de Ningde est basé sur la situation de la ville et le Gabon devrait se développer à sa manière, en utilisant les ressources en eau, en forêt et en minéraux, a ainsi déclaré l'ambassadeur Baudelaire Ndong Ella. 

L'ambassadeur des Bahamas, Sterling Quant, a quant à lui indiqué que la réduction de la pauvreté se faisait à deux niveaux, le soutien du gouvernement descendant et l'engagement ascendant. Le gouvernement peut fournir des subventions mais les gens ont aussi besoin de formation. « Les deux doivent correspondre pour que toutes les mesures fonctionnent vraiment », a-t-il dit. 

Après avoir rendu visite à un fabricant de batteries à Ningde dont les clients comprennent BMW et Toyota, M. Quant a déclaré qu'un tel projet nécessitant de nombreuses ressources et disposant d'un grand marché n'était peut-être pas ce que les Bahamas feraient, mais que la stratégie d'éradication de la pauvreté elle-même est très utile. 

La Chine éliminera la pauvreté absolue en 2020, 10 ans avant l'échéance fixée par le Programme de développement durable à l'horizon 2030 de l'ONU et ses 17 objectifs de développement durable (ODD). Selon les ambassadeurs, l'histoire de Ningde et du Fujian n'est pas seulement une référence pour d'autres pays, mais aussi très inspirante pour aider les pays en développement à trouver un moyen approprié de lutter contre leur pauvreté.

(Rédactrice : Lucie ZHOU)