Bonne vie grâce à la culture du piment

Publié le 2020-09-22 à 15:15  |  China Tibet Online

Au milieu de l'été, notre journaliste est venu interviewer dans le groupe agricole Nuo, village du Gun, canton de Dongkar, comté de Nang, ville de Nyingchi, au Tibet, où il a rencontré Kelsang Chodron qui était en vacances à la maison.

Kelsang Chodron, 20 ans, est une étudiante en première année d'une université à Lianyungang, de la province du Jiangsu. Après le mariage de sa sœur aînée, il restait seulement ses parents et elle dans sa famille. Au cours des dernières années, la famille manquait de main-d'œuvre et la source de revenus reposait principalement sur le père, âgé, qui part loin pour faire des petits boulots, ainsi que sur les subventions du pays. En 2016, sa famille a été identifiée comme un ménage pauvre enregistré. Deux ans plus tard, en 2018, la famille est sortie de la pauvreté, mais comment? 

Le comté de Nang produit du piment, la culture de piments dans le comté a une histoire de plus de 100 ans. Grâce à l'environnement géographique et aux caractéristiques climatiques, la teneur en anthocyanes de piments produits ici est beaucoup plus élevée que celle des autres variétés. Au cours des dernières années, pour aider les masses à augmenter leurs revenus près de chez eux, le comité du Parti du comté et le gouvernement du comté de Nang ont guidé les gens à développer la culture de piments à grande échelle. 

A la mémoire de Kelsang Chodron, sa famille cultivait aussi du piment auparavant. En dehors de répondre à leurs propres besoins, ils vendaient le surplus de la récolte. Cependant, comme la culture du piment n'était qu'à petite échelle, ils ne gagnaient pas beaucoup d'argent. 

Selon Kelsang Chodron, « nous avons gagné au total plus de 10 000 yuans en vendant du piment l'année dernière. Cette année, grâce à la planification collective du village pour la culture et la vente de piments, la gestion postérieure s'est également maintenue et la production de piments par mu (0.06 hectare) peut atteindre environ 2000 kilogrammes. Entre février et aujourd'hui, nous avons reçu plus de 20 000 yuans comptant sur les piments dans la serre. » 

Pour un prix de vente plus élevé, depuis l'année dernière, le gouvernement local incite les agriculteurs à cultiver du piment avec du fumier de ferme, et demande activement la certification biologique verte. Étant donné que les exigences sont relativement strictes, le cycle de culture plus long, le gouvernement utilise certains fonds pour subventionner les producteurs de piments. Pour Kelsang Chodron, les petits piments sont devenus un atout des villageois pour augmenter les revenus. 

Selon les rapports, le groupe Nuo compte 35 ménages avec 131 personnes, dont 79 travailleurs bien portants. A l'heure actuelle, il y a 120 serres de culture de piment d'une superficie de près de 200 mu (plus de 13,3 hectares), qui est la première base de culture de piment établie dans le comté de Nang. Depuis février de cette année, le revenu des ventes de piment du groupe Nuo hors saison est de près de 1,1 million de yuans. Le modèle de développement de l'industrie du piment « coopérative + base + agriculteur » n'a cessé d'augmenter les revenus des villageois. 

L'année dernière, le comté de Nang a introduit une entreprise de production et de transformation de piment en tant que principal canal de vente à cultiver pour le développement de l'industrie du piment, qui peut essentiellement digérer la production de piment dans le comté de Nang.

(Rédactrice : Lucie ZHOU)