Qu'est-ce qu'il a de si spécial cet œuf à 4 yuans la pièce ?

Publié le 2020-06-24 à 11:38  |  China Tibet Online

"Cette année, le prix du marché d'un œuf de poule noire tibétaine est de 4 yuans (0,5 euro), mais la demande dépasse toujours l'offre. Notre plan est de continuer à étendre l'échelle d'élevage à plus de 20 000", a déclaré Losang Tashi dans sa propre ferme de poulets noirs tibétains. Fondée en 2015, la coopérative professionnelle d'élevage de poulets noirs tibétains du village de Mangcuo de la ville de Luntse du comté de Luntse, est située dans la ville de Shannan, dans la région autonome du Tibet. Elle vend principalement des œufs et des poulets noirs tibétains.

Le poulet noir tibétain est une sorte de petit poulet local primitif vivant dans les zones semi-agricoles et semi-pastorales du plateau Qinghai-Tibet. La croissance à long terme dans un environnement pauvre en oxygène et froid, à l'état semi-sauvage, avec des caractéristiques de forte résistance aux intempéries et de résistance à l'alimentation rude, fait de sorte que le poulet et les œufs ont une valeur nutritionnelle élevée. Ainsi, ils ont longtemps été privilégiés par les consommateurs locaux.

Losang Tashi a déclaré aux journalistes que son village a toujours eu une tradition d'élevage de poulets noirs tibétains. "Les vieux du village disent que cet œuf est très bon pour la santé, et les enfants aiment beaucoup en manger. Dans le passé, chaque foyer en élevait en moyenne une dizaine. Plus tard, à cause du manque de technologie et de soins, les poulets  tombaient malades et mourraient, ou étaient ramassés par des chiens. Si bien que le nombre de poulets est devenu de moins en moins important. "

Au début de l'élevage, en raison du manque de plants de poules, la coopérative achetait les œufs aux villageois au prix de 60 yuans (7,5 euros) la pièce. Les œufs éclos n'étaient pas vendus au monde extérieur et étaient incubés dans des incubateurs. Au fil des ans, après plusieurs années d'efforts, le nombre de poulets noirs tibétains a atteint 12 000, contre moins de 1000 au début.

Depuis le mois de juin de l'année dernière, sous la direction des experts professionnels de l'Institut d'élevage et de médecine vétérinaire de l'Académie des sciences agricoles de la région autonome du Tibet, la structure du régime alimentaire du poulet noir tibétain a été modifiée. Sur la base de tsampa et d'orge tibétaine frits, du blé, de la luzerne et du poivre ont été ajoutés pour augmenter la nutrition. Aujourd'hui, le taux de mortalité des poulets noirs tibétains a été considérablement réduit et la production d'œufs a commencé à augmenter. En 2019, les ventes de la coopérative ont atteint 1,2 million de yuans (150 000 euros).

Kalsang Dradul, 27 ans, nourrit des poulets noirs tibétains dans la coopérative. Il est arrivé dans la coopérative en 2018 et est devenu un employé indispensable. "Avant de venir à la coopérative, je travaillais sur un chantier, avec un revenu mensuel de plus de 5 000 yuans (625 euros). C'était un bon salaire, mais je ne pouvais travailler que quelques mois par an, ce qui signifie que le revenu n'était pas très stable. Maintenant, je peux m'occuper de ma famille pendant que je travaille. C'est dejà très bien." Aujourd'hui, il a un salaire de 4 500 yuans (562 euros) par mois, repas et logement par l'employeur. Et il a des dividendes à la fin de chaque année (20 000 yuans (2 500 euros) en 2019).

Selon Losang Tashi, la coopérative a construit une nouvelle base d'élevage de poulets avec le soutien du gouvernement. Une fois la base achevée, une partie des poulets éclos sera envoyée aux villageois, et les œufs élevés par les villageois seront achetés et vendus par la coopérative. De cette façon, les gens augmenteront encore leurs revenus.

(Rédactrice: Claire SHENG)