Tibet : près des ruines antiques, le peuple s'enrichit avec la tsampa

Publié le 2020-05-13 à 16:13  |  China Tibet Online

Tous les quelques jours, Pema Gyalpo, qui vit dans le village de Bolin, dans la ville de Toding du comté de Zanda, à Ngari dans la région autonome du Tibet, doit travailler dans l'usine de transformation de tsampa de son village.

Cette usine de transformation de tsampa est une réalisation locale des fonds d'enrichissement des régions frontalières et de lutte contre la pauvreté en 2017, avec des investissements de 1,76 million de yuans (229 000 euros). Cette usine de transformation de plus de 400 mètres carrés dispose d'équipement pour le nettoyage, le moulinage, etc., et se spécialise dans la production de tsampa.

Le village de Boding, situé au pied des ruines du Royaume de Guge, est à 18 km du centre du comté de Zanda. L'altitude moyenne ici est d'environ 3900 mètres, et la température annuelle moyenne est de 7 degrés Celsius. Le climat, l'eau, le sol : tout est adapté à un environnement de plantation, ce qui permet à l'orge tibétaine de bien pousser ici depuis de nombreuses années.

Selon l'introduction, comparée à d'autres endroits, l'orge tibétaine qui est plantée ici a quelque chose d'unique. La tsampa usinée était un hommage au palais du Royaume de Guge et est reconnue à l'extérieur de la région.

En 2015, le village de Boding a créé une coopérative professionnelle d'agriculteurs et de bergers afin d'acheter exclusivement la tsampa moulue par les villageois eux-mêmes et de réaliser des ventes externes unifiées. « Lorsque la coopérative a été créée, dix villageois étaient impliqués. Elle est devenue rentable cette année-là, et chaque personne reçoit des dividendes de plus de 800 yuans (104 euros). » Bien que les dividendes soient petites, les villageois qui y participent reçoivent une part des profits bien mérités, et de plus en plus de villageois ont commencé à vendre leur tsampa à la coopérative.

En décembre 2017, l'usine de transformation de tsampa Duoxiang Tsampa a été officiellement mise en service. Duoxiang Tsampa est également passée de la production en atelier familial à une production à l'échelle de l'usine.

Pema Gyalpo, 51 ans, ne peut pas aller travailler hors de la région, car sa femme est gravement malade et doit être accompagnée tous les jours. « Après la construction de l'usine de tsampa, j'ai commencé à travailler dans l'usine. Je dois y aller tous les jours et je peux prendre soin de sa femme dans le même temps. » Selon Pema Gyalpo, l'année dernière, il a gagné 12 000 yuans (1 560 euros) en travaillant dans l'usine de tsampa. De plus, il a vendu plus de 450 kilos d'orge tibétaine à la fabrique de tsampa, engendrant jusqu'à environ 15 000 yuans (1950 euros) de revenus au total. « Je n'ai pas encore compté des dividendes et des subventions gouvernementales pour l'usine de tsampa. Bien que la vie dans ma maison ne soit pas aussi bonne que dans d'autres familles du village, mais c'est bien mieux qu'avant. »

(Rédactrice : Claire SHENG)