Litang, au Sichuan : la jeunesse aide à lutter contre la pauvreté et l'épidémie

Publié le 2020-03-18 à 17:00  |  China Tibet Online

« Choisissez ceux avec de gros grains et sans insectes... » Le 8 mars, Dengyou Lamu, un villageois dans le district de Litang, dans la préfecture autonome tibétaine de Garze, de la province du Sichuan, dans son temps libre, sélectionne soigneusement des graines d'orge qui seront semées par le collectif du village.

Dans le passé, les gens se réunissaient pour choisir les graines ensemble. En raison de la prévention et du contrôle de l'épidémie, Ze Dengzhu, le secrétaire de la branche du village, n'a eu d'autre choix que de distribuer l'orge aux ménages. « Un acre de terre nécessite 35 à 40 livres de graines, et le village se prépare à planter 70 acres d'orge cette année. Produire des craquelins d'orge permet d'augmenter la réduction de la pauvreté et d'augmenter les revenus », a déclaré Ze Dengzhu. « Les biscuits d'orge peuvent être vendus grâce au supermarché de lutte contre la pauvreté de Litang et aux équipes de services de livraison gratuite du comité du comté», dit Deng Xiaoxia, un résident du village de Hange, profondément touché. Quand les premiers biscuits d'orge de la coopérative ont été produits, ils ne pouvaient pas être vendus en raison de la prévention et du contrôle de l'épidémie. Ils étaient sur le point d'expirer dans les coopératives. Que faire ? Ces biscuits d'orge ont plongé le village dans l'anxiété.

« Comment résoudre les difficultés de l'économie collective du comté et de vente des coopératives agricoles sans affecter la lutte contre la prévention et le contrôle de l'épidémie dans le comté ? » Le 5 février, après avoir pris connaissance de la situation, le secrétaire du comité du Parti communiste du district, Tsering Silang, a organisé 16 jeunes membres pour effectuer des services volontaires « à pied » pour plus de 10 000 familles à Gaocheng, soit plus de 40 000 personnes. Le volume de livraison quotidien atteint maintenant plus de 500 commandes. Avec la plate-forme du « supermarché de lutte contre la pauvreté du district de Litang », ils peuvent vendre directement les spécialités agricoles invendables dans les zones agricoles et pastorales à leurs « familles » du district de Litang.

(Rédactrice : Lucie ZHOU)