Les agriculteurs tibétains élevant des oies changent le mode traditionnel pour augmenter leurs revenus

Publié le 2019-01-24 à 11  |  China Tibet Online

Dans la ville de Qamdo, au Tibet, il y a le village de Raoba du canton Lagan. Là-bas, des agriculteurs et des bergers ont pris l’initiative de créer une nouvelle « entreprise » : l'élevage écologique des oies sur le plateau. Cela a lentement modifié la manière traditionnelle locale de travailler : semi-agricole et semi-pastoral.

Il y avait peu d'oies élevées au Tibet. Les gens d’ici essaient donc d’apporter les jeunes oies des autres régions de la Chine au Tibet et de les élever de manière méticuleuse localement.

L’initiative fait partie des projets financés par l’Etat pour réduire la pauvreté de façon ciblée. Les 920 000 yuans (environs 120 000 euros) investis dans ce projet de l’élevage d’oies ne sont pas une petite somme.

Le premier lot d’oies cultivées après la construction de la base ne comportait que très peu de pertes, montrant que les oies se sont maintenant adaptées à l’environnement du plateau. Cependant, le cycle de croissance des oies sur le plateau est plus du double de celui des autres régions de la Chine.

Jusqu’à maintenant, la base a déjà élevé trois lots d'oies, générant des bénéfices nets de plus de 600 000 yuans (environs 78 000 euros). Les 40 villageois du village de Raoba ont reçu des dividendes, et chaque foyer est maintenant équipé d’un système d’énergie solaire. Ils peuvent maintenant utiliser de l'eau chaude en toutes saisons. Leur vie est bien plus pratique.

La base a spécifiquement employé 2 villageois pour réaliser les travaux d’élevage. Renqing Lamu est l'un d'entre eux. Il touche un salaire de 1 500 yuans (environs 190 euros) par mois. Bien que cela ne soit pas très élevé, cela n’affecte pas ses travaux d’agriculture et de pâturage.

(Rédactrice : Claire SHENG)